Sud-Ouest : laborer des vins de cot et duras fruités et légers

Magali-Eve Koralewski

L'IFV Sud-Ouest a comparé une dizaine d'itinéraires de vinification pour améliorer le potentiel fruité des vins issus de côte et de duras et livre ses résultats.

Les enjeux de la sélection végétale

Depuis 2007, l'IFV Sud-Ouest évalue une dizaine d'itinéraires de vinification différents sur des vins issus de côt et de duras avec pour objectif l'obtention de vins fruités et souples. “ De tous les itinéraires de vinification testés, ce sont ceux intégrant le chauffage de la vendange qui répondent le mieux à l'objectif fixé, en côte ou en duras ”, constate François Davaux, oenologue à l'IFV Sud-Ouest. Et pour préserver la souplesse des vins issus de thermovinification ou de macération pré fermentaire à chaud, il est préférable de réaliser la fermentation alcoolique en phase liquide à 18°C. “ Les itinéraire combinant le chauffage de la vendange avec une fermentation en phase solide ont donné des vins fruités mais avec une structure tannique plus importante qui s'éloigne de l'objectif de départ. Ces vins sont plutôt destinés à la garde ”, poursuit François Davaux.

Le chauffage de la vendange a donné les meilleurs résultats parmi les itinéraires vinification testés à l'IFV Sud-Ouest pour élaborer des vins de côt et de duras fruités et souples. (P. Cronenberger)

Le chauffage de la vendange a donné les meilleurs résultats parmi les itinéraires vinification testés à l'IFV Sud-Ouest pour élaborer des vins de côt et de duras fruités et souples. (P. Cronenberger)

La pulvérisation d'azote foliaire prometteuse

D'autres techniques ont également permis d'améliorer le potentiel fruité des vins, notamment la pulvérisation d'azote foliaire sur côt et sur duras. “ Le profil obtenu se rapproche de celui des vins thermovinifiés. De nouveaux essais sont nécessaires pour confirmer ces résultats ”, précise François Davaux. La macération préfermentaire à froid a donné un caractère plus fruité aux vins issus de côt, mais s'est révélée moins intéressante sur duras. La macération finale à chaud n'a pas permis d'améliorer le fruité des vins par rapport au témoin. Autre constat : l'utilisation de copeaux frais en fermentation a permis dans certains cas d'apporter de la complexité et des arômes de fruits plus intenses.

Source Réussir Vigne Décembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier