Une vendange 2012 pleine de promesses

Catherine Perrot

En ce début de vendanges 2012, les raisins arrivent au pressoir à un rythme tranquille. La récolte n’est pas abondante, mais la qualité des raisins est excellente.
En ce début de vendanges 2012, les raisins arrivent au pressoir à un rythme tranquille. La récolte n’est pas abondante, mais la qualité des raisins est excellente.

Les vendanges ont démarré doucement cette semaine en vignoble nantais. Le gros des récoltes est en effet attendu dans les jours prochains. Si la quantité est faible, la qualité est excellente

En muscadet, le ban des vendanges a été fixé au 17 septembre et c’est précisément ce jour-là qu’Hervé et Nicolas Choblet, les deux frères associés du domaine du Haut-Bourg, à Bouaye, ont démarré leur ré­colte. Leur domaine se situe en effet sur le secteur des Côtes de Grandlieu, d’ordinaire un peu plus précoce que d’autres secteurs du vignoble nantais et leur situation, entre Loire et Lac, les fait bénéficier d’un micro-climat favorable au dé-veloppement de la vigne.
La première parcelle récoltée est une vieille vigne et, comme tout l’indiquait depuis plusieurs mois, les rendements sont très faibles : les grappes sont peu nombreuses, les baies sont petites dans l’ensemble, et une partie d’entre-elles ne se sont pas développées. « Il y a eu du millerandage », remarque Her­vé. Les bennes se remplissent difficilement, et en plus « il n’y a pas beaucoup de jus ».
Sur cette parcelle de 70 ares, le vigneron n’attend pas plus de 20 à 25 hl de rendement à l’hectare. « Mais ce n’est qu’un début, c’est encore beaucoup trop tôt pour se prononcer sur les vendanges 2012. »
Comme souvent en viticulture, il faudra en effet s’attendre à beaucoup d’hétérogénéité dans les rendements, même dans un seul domaine : la floraison a déjà elle-même été hétérogène (en raison d’un printemps frais et trop peu ensoleillé) ; mais bien sûr, le terroir, l’âge de la vigne, le cépage comptent également. Sans oublier que sur le secteur du pays de Retz, et notamment chez Nicolas et Hervé Choblet, des parcelles ont gelé le 5 avril dernier (seul le pays de Retz était concerné par ce phénomène de gelée blanche, lire LAA n° 235, du 27 avril dernier).

Du potentiel

Mais tout n’est pas négatif, loin de là, dans cette vendange 2012. Les baies étant petites et peu nombreuses, elles sont très concentrées en sucres et sans doute en potentiel aromatique. Et la qualité sanitaire est en outre excellente.
Les techniciens du réseau maturité la Frémoire (auquel appartient la chambre d’agriculture) réalisent des contrôles de maturités tous les lundis et jeudis (les résultats sont disponibles sur le site de la chambre d’agriculture, www.
loire-atlantique.chambagri.fr). Ils confirment que seules les parcelles les plus précoces ont dû être vendangées cette première semaine. « Les vignerons ont tout intérêt à attendre la maturité des grains », explique Na­dège Brochard, conseillère viticole de la chambre, qui, au vu de ces résultats et des prévisions météo des prochains jours, se disait « confiante », sur la qualité sanitaire des raisins. C’est d’ailleurs ce que confirme Hervé Choblet : « Je préfère vraiment cette petite récolte ! En 2011, la qualité sa-nitaire nous a posé des problèmes ! »
Ce qui change également en 2012, par rapport à 2011, c’est le climat général du Vignoble. L’accord signé avec le Négoce sur une politique de contractualisation sur trois ans (lire LAA n° 254, du 14 septembre dernier) offre enfin quelques perspectives à des vignerons dont beaucoup, sans cela, auraient dû cesser leur activité.
De plus, les chiffres de la commercialisation de la dernière campagne de muscadet sont bons, la remontée des prix de vente du muscadet est un peu partout annoncée, et les responsables viticoles l’assurent, la petite récolte 2012 permettra quand même de faire face à la demande. Ces vendanges 2012 sont donc effectivement très prometteuses. Espérons quetous les acteurs de la filière, du producteur au consommateur final, sauront tenir ces belles promesses.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier