Vendanges 2013 : confirmation d’une petite récolte

Vendanges 2013 : confirmation d’une petite récolte

Selon les dernières données du ministère, la récolte 2013 de vin français est estimée à 44,1 millions d'hectolitres. Elle devrait dépasser celle de 2012, historiquement faible, mais se situer au-dessous du niveau de la moyenne des cinq dernières années.

Les experts du ministère de l’Agriculture  ont revu  leurs estimations de vendange  à la baisse et tablent désormais sur une récolte de 44,1 millions d'hectolitres contre 44,5 Mhl prévus en septembre. Un niveau supérieur de 7% à la récolte historiquement très faible de 2012, mais en dessous de la moyenne de 2008 à 2012 (-3 %)

« Malgré de belles sorties de grappes initiales, la floraison de la plupart des vignobles de taille importante s’est en effet  mal déroulée à cause de conditions météorologiques défavorables en juin, conduisant à des phénomènes de coulure (chute des fleurs ou des jeunes baies) et parfois de millerandage (baies de petite taille mélangées à des baies de taille normale) », explique le ministère dans sa lettre de Conjoncture (Agreste). Ces phénomènes ont considérablement réduit le potentiel de production initial. De nombreux orages violents ont ensuite endommagé les vignes cet été sur de vastes étendues, notamment en région Centre, en Bourgogne et surtout dans le Bordelais.

« Malgré les températures élevées de l’été, les vignobles n’ont donc pas réussi à rattraper tout leur retard initial ». Les vendanges ont démarré  tardivement, pour les plus précoces en septembre, mais la majeure partie des volumes devraient être récoltés en octobre. Des foyers de botrytis (maladie cryptogamique encore appelée pourriture grise) menacent encore certains vignobles, notamment ceux de l’Ouest et du Sud-Ouest ou de Bourgogne, ce qui pourrait conduire à accélérer la fin des vendanges.

Globalement, la récolte des vins  en appellation serait identique à celle de l’an passé et la plupart des autres catégories de vins verraient leur production progresser : + 13 % pour les vins pour eaux-de-vie (incluant le Cognac et l’Armagnac), + 8 % pour les vins en IGP, + 37 % pour les autres vins constitués essentiellement des vins sans Indication Géographique.

agreste vin

Source Agreste Conjonture viticulture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier