Vendanges : Une très faible récolte 2012 liée au climat

M.B

Vendanges : Une très faible récolte 2012 liée au climat

Loin des chiffres de 2011, la récolte viticole s’annonce très faible pour cette année 2012. Ceci est en grande partie dû aux conditions météorologiques peu favorables.

Les récoltes région par région

Vendanges : Une très faible récolte 2012 liée au climat

Depuis le printemps, les aléas climatiques ne cessent de faire ré estimer le potentiel de production à la baisse. C’est le cas en Champagne où les vendanges ont commencé fin septembre, mais aussi dans le Jura, en PACA,  dans les Charentes ou encore en Languedoc-Roussillon.

 En Bourgogne et Beaujolais, les vignobles ont connu d’importantes coulures et millerandages à la nouaison. Tandis que le Val de Loire  n’a pas été épargné par le gel, la grêle et les coulures mais a également subi les attaques de mildiou et d’oïdium.

Dans le Bordelais et les autres vignobles du Sud-Est,  les vendanges ont commencé fin août et sont presque terminées pour les vins blancs. Malgré des conditions météorologiques peu favorables, tout se passe dans de bonnes conditions sanitaires.

En Savoie, dans le Sud-Ouest ainsi que dans les Pays de la Loire les vendanges, débutées fin septembre, annoncent de faibles rendements en jus.

L’exception se fait en Corse où les vendanges débutées fin août révèlent un potentiel de production proche de celui de 2011. En Alsace, malgré de la coulure et des maladies cryptogamiques effacées en août par la canicule, la récolte est prévue dans la moyenne 2007-2011.

Dans ses prévisions, établies au 1er octobre 2012, le SSP (Service de la statistique et de la Prospective) annonce une récolte de vin historiquement basse pour 2012. Celle-ci étant estimée à seulement 40,6 millions d’hectolitres. Bien que la tendance puisse évoluer d’ici la fin du mois, il est désormais clair que la récolte sera bien en-deçà de celle de 2011 (environ -20%) mais aussi de la moyenne de ces cinq dernières années (-15%). Il s’agirait en effet de la récolte la plus basse depuis au moins quarante ans.

Aucune catégorie de vin ne serait épargnée par cette baisse, on prévoit -15% de baisse pour les vins d’appellation et -22% pour les vins pour eaux-de-vie. Cette forte baisse est due aux conditions météorologiques de cette année. La floraison a été ralentie par une météo fraîche et humide ce qui a de plus engendré une homogénéité des grappes et des coulures importantes dans certains départements. Les orages et averses de grêle qui ont suivi la fin du printemps notamment en Bourgogne et Beaujolais ont causé beaucoup de dégâts et ont entraîné le maintien de maladies fongiques. Sans compter que la canicule du mois d’août et le mois de septembre particulièrement sec ont causé un stress hydrique au vignoble, menant à la diminution du poids des baies.

L’hétérogénéité de ce poids dans les vignobles de nombreuses régions ne permettent pas de prévoir les rendements précis. Ils seront connus seulement à la fin du mois d’octobre, après la fin des vendanges. On assiste néanmoins à une véritable baisse par rapport à la récolte nationale de 2011 qui, rappelons-le, grâce à des conditions climatiques favorables avait été la plus importante des cinq dernières années.

Source Agreste Conjonture Viticulture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier