Vin : la France redevient le premier producteur mondial

S C

La surface mondiale de vignoble est en recul
La production mondiale reste stable malgré une baisse de la surface des vignobles

La France retrouve en 2011 sa place de premier producteur de vin dans le monde du fait de la baisse de la récolte italienne, confirment les prévisions de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV). Au niveau mondial, la production reste stable malgré un recul de la surface du vignoble.

Dans son dernier rapport de conjoncture, l’OIV évalue la production française à 49,6 millions d’hectolitres (hors jus et moûts), en hausse de 9% par rapport à l’an passé. Elle dépasse ainsi l’Italie qui voit cette année sa production baisser de 6 millions d’hl à 42,2 M hl. Les récoltes portugaise et grecque sont quant à elles en baisse de 17% du fait de conditions climatiques très défavorables.

La production européenne reste globalement faible pour la cinquième année consécutive, estimée autour de 158,2 millions d’hectolitres (+1%). Un constat à relativiser puisque ces trois dernières campagnes, la superficie viticole de l’Europe a perdu 165.000 hectares.

Ce qui fait dire à Federico Castellucci, directeur de l’OIV, que  « la campagne d’arrachage prévue dans le cadre de l’OCM vitivinicole porte ses fruits ». « Moins de vin, c’est moins d’argent gaspillé pour la distillation » estime Federico qui espère toutefois que ces « arrachages concernent des vignobles de mauvaise qualité et que le patrimoine viticole de l’Europe ne va pas être amputé ».

Les surfaces mondiales s’effritent…

superficies vitivinicoles

 Pour la troisième année de campagne d’arrachage, l’Europe a ainsi perdu en 2011 entre 50 et 55.000 hectares, soit un recul de 1,4%. Le vignoble européen atteint désormais 3,570 millions  d’hectares contre 3,626 Mha en 2010.  C’est l’Espagne qui a le plus arraché avec une réduction de son vignoble de 28.000 ha, suivie de l’Italie (9.000ha) et de la France (6.000 ha).

Dans le même temps, dans l’hémisphère sud et aux USA, le rythme global des surfaces plantées en vigne s’essouffle, excepté au Chili. La surface mondiale connaît donc un recul qui pourrait atteindre, selon l’OIV, 60.000 ha, soit une surface mondiale qui passe sous la barre des 7,8 millions d’hectares.

… la production se stabilise

production

 Une baisse des surfaces qui se traduit pourtant par une légère hausse de la production mondiale (+ 0,4%) évaluée autour de 270 millions d’hectolitres. « Les vignobles se restructurent et sont de plus en plus performants et productifs » explique Federico Castellucci.

 Quant à la consommation mondiale, elle devrait sensiblement rester la même qu'en 2010, soit 243,6 millions d’hl si toutefois 2011 n’est pas marquée par une recrudescence de la crise économique. « Nous devons rester très prudents, si la consommation ne chute pas du fait de la crise, on s’en sortira bien »  conclut le directeur de l’OIV.

L’écart d’environ 26 millions d’hl entre production et consommation n’est pas totalement assimilable à un excédent, compte tenu des besoins industriels notamment pour la fabrication du Brandy, des vins de liqueur et du vinaigre.  

Source OIV

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier