Vin : un marché mondial sous tension

S C

Vin : un marché mondial sous tension
C’est en France que l’on constate la diminution la plus sensible de la production (DR)

Alors que la consommation mondiale semble redémarrer, la production de vin en 2012 s’annonce à un niveau très bas, d’après les derniers chiffres de l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). Une situation qui pourrait créer des tensions sur le front vinicole mondial.

La production mondiale de vin en 2012 est estimée à 251 millions d’hectolitres (Mhl) soit un niveau très bas, a confirmé le président de l’OIV, Federico Castellucci, lors d’une conférence de presse. C’est en France que l’on constate la diminution la plus sensible avec une production qui recule de près de 16% par rapport à 2011. Globalement la baisse de la production viticole en Europe est liée aux  mauvaises conditions climatiques mais aussi de la réduction du vignoble.

A l’issue de la campagne d’arrachage de l’UE (2008-2011), qui prévoyait de primer l’abandon définitif de la production sur 175.000 ha, c’est en réalité  269.000 ha qui ont été arrachés sur le vignoble européen. Les  trois plus grands vignobles ont diminué de 13% en Espagne et 7% en France et en Italie. Hors Europe, le vignoble apparait en légère croissance.

Légère reprise de la consommation

Parallèlement, la consommation mondiale de vin a légèrement progressé en 2012, toujours soutenue par les États-Unis et la Chine.  "Il s'agit, en 2012, d'une confirmation du coup d'arrêt au recul de la consommation mondiale consécutif à la crise", commente l'OIV.

La consommation mondiale est évaluée à 245,2 millions d'hectolitres, en hausse 0,6% sur un an (+1,4 Mhl).  En France, la consommation devrait atteindre un peu plus de 30 millions d'hectolitres, soit près d'un million de plus qu'en 2011, alors qu’elle recule en Espagne ou en Italie, respectivement de 600.000 et 400.000 hectolitres.

Aux États-Unis, en passe de devenir le premier marché intérieur mondial en volume selon l'OIV, la consommation a progressé de 2% à 29 millions d'hectolitres (+0,6 Mhl). Seule la Chine affiche une croissance forte de 9% avec une consommation de près de 18 millions d'hectolitres.

Cette légère croissance de la consommation,  comparée à la production mondiale très faible « conduit à une tension globalement forte sur les marchés mondiaux » conclut le président de l’OIV.  Pour la troisième année consécutive, la production serait en effet insuffisante pour couvrir les besoins de la consommation globale, si l’on tient compte des usages industriels (alcools d’origine viti-vinicole, vinaigre et vermouth), évalués à 30 millions d’hl.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier