Vin : Un potentiel de récolte estimé à 47,7 millions d'hectolitres

SC d'après Agreste Conjoncture

Selon les premières prévisions du service statistique du ministère, la récolte 2011 de vin pourrait dépasser de 5% la faible récolte de 2010.

La production pourrait s'élever à 47,7 millions d'hectolitres, dont 22,7 en vins d'Appellation d'Origine Protégée (+4%)), 13,5 en vins avec Indication Géographique Protégée (IGP), 3,7 en autres vins et jus et 7,8 pour les vins destinés à la production d'eaux-de-vie. Le niveau réel de production de vins en IGP est susceptible d'évoluer à la baisse. Compte tenu de la réforme de l'OCM vins, une partie de cette catégorie pourrait en effet être commercialisée en vins sans indication géographique (IG).

Le potentiel est prévu en hausse par rapport à 2010, sauf dans le Val de Loire et en Charente. Il s'agit de premières prévisions, exercice difficile à ce stade précoce de développement de la vigne, en raison des aléas climatiques qui peuvent affecter les vignobles et des problèmes sanitaires qui pourraient survenir jusqu'aux vendanges.

« La plupart des vignobles sont en avance par rapport à 2010 et par rapport à une année normale. Le stade fermeture de grappe est atteint dans les principaux départements viticoles », précise Agreste dans sa note de conjoncture. Sauf accident climatique, les vendanges pourraient débuter précocement cette année, en deuxième quinzaine d'août dans la plupart des régions.

Les dégâts de grêle parfois importants, recensés à ce jour, sont localisés et devraient avoir peu d'impact sur les productions régionales. La période de floraison s'est bien déroulée. Les attaques fongiques (surtout oïdium) sont pour l'instant maîtrisées.

La sécheresse printanière, si elle devait persister, pourrait avoir un impact sur les productions attendues, notamment dans les vignobles situés dans l'ouest. En revanche, les régions méditerranéennes, qui ont pu bénéficier au printemps de précipitations importantes, devraient connaître une production normale, sauf accident climatique ou sanitaire à venir.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier