Viticulture : Transaction record pour l'une des perles du Bordelais

Le château Les Carmes Haut-Brion, cinq hectares en appellation Pessac-Léognan, présenté par le milieu viticole comme une « perle du Bordelais » a été vendu fin décembre pour 18 millions d'euros à un groupe immobilier girondin, a indiqué l'acquéreur.

Le groupe Pichet, un important groupe immobilier qui compte 800 collaborateurs et a réalisé en 2010 415 millions d'euros de chiffre d'affaires, a annoncé dans un communiqué de presse l'acquisition, « après plus d'un an de tractation », de cette propriété de huit hectares dont trois plantés.

Le communiqué précise que Les Carmes Haut-Brion, un domaine à cheval sur les communes de Bordeaux, Pessac et Mérignac, « a fait l'objet de larges convoitises » notamment de la part de son prestigieux voisin le Château Haut-Brion seul premier cru classé 1855 à ne pas être un médoc.

Pour Roland Feredj, le directeur du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), ce montant record n'est pas une surprise, « il y en aura d'autres ». « On est là dans un produit de luxe, et c'est comme pour les tableaux de maîtres: il y a peu de propriétés à vendre et beaucoup d'investisseurs », a-t-il estimé.

Selon M. Feredj, « le prix à l'hectare n'a pas de sens » précisant que dans une telle transaction le prix est plus « en rapport avec la notoriété ». De son côté la présidente de l'Union des grands crus de Bordeaux, Sylvie Cazes-Régimbeau, souligne le caractère exceptionnel de ce château et « l'excellent travail fait par l'ancien propriétaire Didier Furt », dont la famille était à la tête du domaine depuis le début du XIXe.

Le groupe Pichet a réalisé cette opération le 24 décembre par l'intermédiaire de sa filiale Patrimoniale Foncière Pichet (PFP), une entité qui gère notamment 20.000 m2 de bureaux, 80 commerces ou encore 500 logements. Des « investissements significatifs » sont prévus notamment pour « la construction de chais neufs », précise encore le communiqué de presse.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier