Le prix du croissant s'envole, les boulangers craignent une "pénurie" de beurre

AFP

Le prix du croissant s'envole, les boulangers craignent une "pénurie" de beurre

Pour la rentrée, le prix du croissant et des viennoiseries s'envole en raison de la hausse spectaculaire des prix du beurre ces derniers mois, alors que boulangers et fabricants de biscuits sonnent l'alarme sur une "pénurie" de beurre dans l'agroalimentaire.

Après une augmentation de 172% en 20 mois du prix du beurre industriel, qui continue d'augmenter, les boulangers et industriels de l'agroalimentaire "doivent pouvoir augmenter leur prix de vente", a averti mardi la Fédération des entreprises de boulangerie (FEB). "C'est la seule solution pour pérenniser la viabilité des entreprises" touchées "de plein fouet" par la hausse mondiale du beurre, ajoute la FEB.

"Nous avons ajouté 10 centimes par croissant au beurre à la rentrée", a confirmé à l'AFP une boulangerie parisienne du 15e arrondissement, qui vend désormais le croissant à 1,15 euro au lieu de 1,05 euro au printemps, et dont la dernière augmentation des tarifs remontait à deux ans et demi. En grandes surfaces, le prix du beurre a augmenté de 7% en début d'été, a par ailleurs indiqué mardi à Paris la présidente du principal syndicat agricole français FNSEA, Christiane Lambert.

Le prix du beurre industriel est passé de 2.500 euros la tonne en avril 2016 à 6.800 euros la tonne début septembre. En avril, il s'élevait à 4.500 euros la tonne, et déjà inquiétait le secteur. L'augmentation sera d'ailleurs répercutée sur tous les produits alimentaires utilisant du beurre, notamment la biscuiterie.

Au delà de la flambée des prix, la Fédération des entreprises de boulangerie s'inquiète aussi d'une possible "pénurie" de beurre disponible. "Des premiers cas de pénurie ont déjà été signalés ces derniers jours", indique son communiqué, chez les grossistes en beurre qui vendent aux industriels. "La pénurie n'est pas perceptible dans la grande distribution par le consommateur lambda, mais pour les industriels il n'y a plus de beurre AOP français disponible", a précisé à l'AFP Mathieu Labbé, délégué général de la FEB. "Nous alertons les pouvoirs publics et les producteurs de lait, car il y a eu un fléchissement de la production laitière en France, alors que la demande en beurre explose" a-t-il ajouté.

Du côté des distributeurs, on confirme "ne pas avoir constaté de problème d'approvisionnement en beurre" dans les rayons ces derniers mois. La crise du beurre est due à la concordance de plusieurs facteurs: "une demande de plus en plus forte de la part des pays émergents", des conditions météorologiques "nuisibles aux fourrages" et à la production de lait cet été, notamment des situations de sécheresse, et un "retour à la mode du beurre qui n'est plus décrié comme un élément mauvais pour la santé", note la FEB. La FEB regroupe 260 entreprises du secteur, soit 80% des industries de boulangerie, viennoiserie et pâtisserie en France, représentant 8,5 milliards de chiffre d'affaires, dont deux milliards à l'exportation, et 40.000 emplois.

Sur le même sujet

Commentaires 9

Pagel

Autre calcul d'un vigneron:
- 20 gramme de beurre pour fabriquer un croissant.
- 2000 € d'augmentation la Tonne de beurre.
- Soit 2€ le Kg ou 0.002 € le Gramme.
- Surcoût du croissant théoriquement 0.04 €.
Les boulangers en prennent 0.10 €. Cherchez qui se gavent sur le dos des éleveurs?
Comme on dit chez moi en Ardèche pour définir ces exagérations malhonnêtes "tout ce qui double ne perd pas".

DIGUE3942

le beurre et l'argent du beurre, le paysan n'en verra même pas une lueur...rien de neuf sous le soleil.

Canal 550

Difficile de croire maintenant que les intermédiaires, industriels et gms ne s'en mettent pas plein les poches ! Car le prix payé aux producteurs ne couvrent tjs pas le cout de production. C 'est vraiment nous prendre pour des c...

ia14

Tout cette polémique c''est du bluff, tout ça pour que les industriels se remplissent "encore" les poches...aux détriments des éleveurs, car le prix de la matière grasse n'augmente pas, on aurait dû s'en apercevoir depuis quelques mois sur nos feuilles de paie de lait...Les agriculteurs bossez et vous les industriels toucher le pactole pour pouvoir racheter d'autres usines ailleurs dans le monde...tout ça c'est de spéculation!

azerty

quand la tonne de beurre était a moins de 2500euros ils n'ont pas baissé le prix des pains aux chocolats et autres viennoiseries ....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires