Glyphosate: la mission de l'Assemblée commencera ses travaux mi-novembre

Glyphosate: la mission de l'Assemblée commencera ses travaux mi-novembre
Glyphosate: la mission de l'Assemblée commencera ses travaux mi-novembre

La mission d'information de l'Assemblée nationale sur les produits phytosanitaires, sur fond de débat persistant autour notamment du renouvellement de la licence pour l'herbicide controversé glyphosate, commencera ses travaux autour de la mi-novembre, a-t-on appris jeudi de source parlementaire.

Cette mission, qui sera présidée par Elisabeth Toutut-Picard (LREM), aura deux rapporteurs, Didier Martin (LREM) et Gérald Menuel (LR), agriculteur, a-t-il été décidé jeudi. L'ex-ministre PS de l'Ecologie Delphine Batho sera dans les trois vice-présidents. Dans les 18 membres, issus des commissions des Affaires économiques, sociales, et du Développement durable, figurent également Matthieu Orphelin (LREM), ex-bras droit de Nicolas Hulot dans sa fondation, Jean-Baptiste Moreau (LREM), agriculteur, ou Marie Tamarelle-Verhaeghe (LREM), médecin, Philippe Bolo (MoDem), Antoine Herth (Constructifs), Mathilde Panot (LFI), Hubert Wulfranc (PCF). L'UE n'a pas trouvé mercredi de solution qui permette de rassembler une majorité d'Etats membres sur le sort du glyphosate, renvoyant à une date ultérieure. La France souhaite que le renouvellement de l'autorisation de cet herbicide controversé dont la licence expire en décembre, "n'aille pas au-delà de quatre ans", a indiqué Matignon à l'AFP mercredi. La Commission européenne a proposé de la renouveler pour 10 ans.

Glyphosate : la France divisée

La dangerosité de l'herbicide est au coeur d'une controverse car le Centre international de recherche sur le cancer (OMS) l'a classé "cancérogène probable" en 2015, contrairement aux agences européennes, l'Efsa et l'Echa. Le gouvernement français était divisé sur la position à porter au niveau européen: le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot défendait une sortie du glyphosate, principe actif du Round Up de l'américain Monsanto et de ses génériques, d'ici 3 ans. Son homologue à l'Agriculture, Stéphane Travert, souhaitait une échéance comprise entre cinq à sept ans. Fin septembre, MM. Orphelin et Moreau avaient proposé que "la France porte l'idée d'une interdiction à deux ou trois ans, avec une période transitoire qui permettrait de déployer les alternatives et d'accompagner les agriculteurs dans cette transition". Pour sa part, Mme Batho plaide pour retirer le glyphosate immédiatement des ventes et ne pas renouveler son autorisation de commercialisation en Europe. "Il n'y a pas de débat à avoir quand on sait que les arguments en faveur de la réautorisation du glyphosate sont fondés sur un rapport qui a copié-collé les argumentaires envoyés par Monsanto", a-t-elle plaidé début octobre dans L'Obs.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

GR26

Aux débuts du glyphosate certains vendeurs en buvaient pour montrer que c'était inoffensif! Perso, un tube s'étant défait de ma lance, la bouillie m'avait giclé dans un œil... rincé à l'eau... à peine rouge le lendemain! très longtemps traité avec un tracteur sans cabine, sans protections ni même gants...j'en ai utilisé dans mon jardin... à 68 ans excellente santé ( toujours en activité, mais ne bois pas, ne fume pas). 73 000 décès par an à cause du tabac (pas potentiellement) -16 millions de fumeurs mais 80% des Français veulent interdire le glyphosate, mais on est contre la hausse du prix tabac ! l'intox, c'est la rumeur, et brûler du carburant avec tracteurs + bineuses fera plus de morts.

JMB

La France devrait plutôt porter l'idée d'une alternative à la suppression TOTALE des importations de soja (OGM round up tartiné). Soit -37 Mt en Union Européenne.

fred

, le copié collé du rapport ne représente qu'une petite partie du rapport.
De plus, ce copié collé ne veut pas dire que les arguments sont faux. cela prouve que les détracteurs du glyphosate n'ont pas vraiment d'argument probant, mais il faut se faire monsanto.
il n'y aura pas d'alternatives efficaces, quant aux aides à la transition il n'y aura jamais un budget à la hauteur de l'enjeu. le glyphosate est maintenant décrié comme un monstre si tel était le cas depuis 40 ans ce serait l'hécatombe.
le double langage de l'interdiction d'un coté et les importations de l'autre est inacceptable.
il est fort possible que le choix des membres crée un biais car beaucoup de membres vont instruire à charge

robin

Si notre vie est à ce point en danger, Mme Batho, il faut tout de suite interdire les importations de soja OGM qui reçoivent directement du glyphosate et qui nourrissent notre bétail !!!!
Comment se fait'il qu'aucun média n'aborde le sujet des importations, puisque c'est par ce biais qu'on peut en retrouver dans nos assiettes ???

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier