Glyphosate : de la difficulté de concilier écologie et économie

Glyphosate : de la difficulté de concilier écologie et économie
Glyphosate : de la difficulté de concilier écologie et économie

Sous un apparent cafouillage, la réaction du ministre de l'Agriculture au renouvellement du glyphosate en Europe illustre la difficulté de concilier aspirations écologiques et réalités économiques des agriculteurs qui redoutent une explosion de leurs coûts de revient.

Lundi, alors que le président Emmanuel Macron annonçait une interdiction du glyphosate en France "au plus tard dans trois ans", Stéphane Travert s'était félicité que les Etats membres de l'UE aient voté un renouvellement pour cinq ans de cet herbicide controversé. Une déclaration qui a fait sensation au point que M. Travert a dû démentir mardi tout "cafouillage" dans la communication du gouvernement sur ce dossier.

"Mobilisons l'ensemble des professionnels pour trouver des alternatives durables dans le temps demandé par le président de la République: trois ans", a ajouté le ministre sur LCI. Car pour les agriculteurs, l'utilisation du glyphosate est aujourd'hui une nécessité économique. Ce n'est pas un hasard si cet herbicide est le plus vendu au monde: il est terriblement efficace pour un prix modeste, et permet de contenir les coûts de revient des céréales alors que les cours mondiaux sont très bas.  

"pas de solution miracle"

S'il n'existe aujourd'hui aucun produit chimique pouvant s'y substituer, les agriculteurs travaillent avec les instituts de recherche pour en mettre au point. Mais "pas de solution miracle" encore pour en réduire l'usage, selon les chercheurs. Pour atteindre l'objectif de réduire de 50% les produits phytosanitaires à l'horizon 2030, l'Inra travaille sur une "combinaison de plusieurs approches" : une amélioration de la sélection génétique, des progrès en agronomie et sur le biocontrôle, expliquait récemment le président de l'Institut national de recherches agronomiques Philippe Mauguin.

Cependant, "le désherbage mécanique, le labour et l'allongement des rotations culturales sont moins efficaces, plus chers et plus compliqués à mettre en oeuvre. L'utilisation d'autres intrants n'apporterait en outre pas de bénéfices environnementaux, sanitaires, organisationnels ou économiques", souligne la Plateforme Glyphosate France, qui réunit la plupart des entreprises commercialisant en France des produits à base de glyphosate. "Nous réaffirmons que les alternatives techniques existent" mais "si elles ne sont pas massivement utilisées par les paysans aujourd'hui, c'est en grande partie pour des raisons économiques", assure pour sa part la Confédération paysanne, syndicat agricole opposé aux pesticides chimiques.

distorsion de concurrence

Seul consensus entre les acteurs, le coût important des solutions de substitution. Alors que l'agriculture française connaît un marasme depuis plusieurs années, limiter l'utilisation du glyphosate au bout de trois ans, quand les autres pays européens ont droit à cinq ans, refait surgir le spectre d'une distorsion de concurrence. Les producteurs de blé français qui ont cédé leur place de premiers exportateurs européens aux Allemands en 2016 sont les premiers à s'en inquiéter. "Cinq ans, pour un plan de sortie du glyphosate, c'est déjà beaucoup trop court quand on vit au quotidien dans le principe de réalité économique qui veut qu'au niveau international, les autres producteurs peuvent l'utiliser sans contrainte", regrette l'interprofession des céréales et oléagineux (AGPB, AGPM, CGB, FOP) dans un communiqué commun mardi.

"Il y a eu deux ans de débat et un vote à la majorité qualifiée, et deux heures après le président français dit +moi je m'assois dessus+. Que deviennent les agriculteurs là-dedans ?", s'est emporté le secrétaire général adjoint de la FNSEA, Eric Thirouin. "On va faire quoi pour les céréales qu'on mange le matin si on a des céréales allemandes ?", s'est interrogé le député européen EELV Yannick Jadot. "Il faudrait une clause de sauvegarde, comme pour le diméthoate" interdit l'an dernier en France sur les cerisiers, a argué Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne. Après avoir interdit cet insecticide en France en 2016, le gouvernement avait aussi prohibé l'importation de fruits traités avec ce produit des autres pays européens, tant pour éviter les distorsions de concurrence que pour protéger les consommateurs français.

Pour aller plus loin, retrouvez notre dossier complet sur  Le feuilleton du glyphosate

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

ben

le glyphosate qu'on aura pas le droit d'utiliser , on le balancera dans la seine juste avant les J.O......

PàgraT

Avec l'Europe à géométrie variable de notre président, des accords commerciaux à tout va, la situation des paysans français risque fort d'empirer. Pour une fois je suis d'accord avec Jadot, c'est dire! Quant à Pinatel il a tort; les fraudes ont été fréquentes pour les cerises (importations), alors pour les céréales et tout le reste dans les produits transformés, ce n'est même pas la peine d'y penser! Au pays d'Ubu; l'incompétence est reine pour les questions agricoles!

DIGUE3942

Aussi longtemps que l'on arrête pas l'importation de maïs et soja OGM désherbés au glyphos ,ces combattants anti- glyphos de tous bords n'ont pas droit à la PAROLE .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier