RAS la POMPE - action syndicale à  Donges dès le 11 juin

'Depuis maintenant de nombreux mois, nous nous battons pour assurer un avenir à  l'agriculture en lien avec les attentes sociétales. L'objectif que nous poursuivons est d'abord de retrouver de la valeur pour l'ensemble de nos productions et aussi, bien sûr, d'alléger les charges qui pèsent sur nos exploitations et qui plombent notre compétitivité. Les états généraux au niveau national, la démarche éleveur & Engagé®, le groupe FDSEA-JA qui travaille depuis plus d'un an sur la création d'une marque JUSTE et rémunératrice illustrent nos combats quotidiens.
Nous attendons plus de cohérence
Malgré les efforts fournis, des lignes rouges sont aujourd'hui franchies. Le gouvernement fait des promesses qu'il ne tient pas. En plein examen de la loi qui fait suite aux états généraux de l'alimentation, alors que les agriculteurs sont prêts à  s'engager pour toujours mieux répondre aux attentes de la société, nous attendons plus de cohérence.
C'est aujourd'hui le modèle agricole familial que nous défendons qui est remis en question par des décisions incompréhensibles du gouvernement, parmi lesquelles on peut déjà  citer, pour ces derniers mois, la baisse des sept points sur les cotisations sociales, la remise en cause du CICE et du TODE, qui impactent le coût du travail, les arbitrages en urgence pour financer le deuxième pilier de la PAC, les charges supplémentaires en matière environnementale, les nouvelles cartes zones défavorisées, etc... Comment, dans ce contexte, s'installer avec une telle distorsion de concurrence ? Les EGA doivent garantir une sécurité à  l'installation.
Et à  cela s'ajoute aujourd'hui l'incompatibilité entre les exigences imposées à  la production française et les accords commerciaux de libre échange conclus ; cette incohérence est inacceptable. Le gouvernement se moque de nous et continue de considérer l'agriculture comme une variable d'ajustement, en contradiction avec l'esprit des états généraux de l'alimentation !
Comment défendre des plans de filières ambitieux, comment composer avec cette concurrence déloyale de produits importés, qui ne respectent pas les normes de la production française : importations du Mercosur, importation d'huile de palme… Tous nos secteurs de productions sont concernés.
Mobilisation nationale à  partir du 11 juin
Il est grand temps que le gouvernement nous entende, c'est pourquoi nous allons nous mobiliser à  l'échelle nationale.
Pour notre département, pour notre région à  partir du lundi 11 juin 10h, nous allons bloquer le site de la raffinerie de Donges, comme 12 autres sites partout en France bloqués au même moment et avec les mêmes revendications.
Nous souhaitons que l'ensemble des agriculteurs se retrouvent, toutes filières confondues, pour porter ce message, haut et fort.
C'est pourquoi nous avons fait le choix de cibler des sites stratégiques de l'état et du gouvernement : les raffineries et les dépôts de carburants.
Nos revendications sont simples. Elles se résument en quatre points :

  •  La France doit protéger ses agricultrices, ses agriculteurs et ses modes de productions par la loi pour mettre fin aux distorsions de concurrence induites par des accords bilatéraux.
  •  Les états généraux de l'alimentation doivent répondre à  leurs objectifs initiaux d'amélioration du revenu des agriculteurs. Cela passe par le respect des plans de filières et une ambition forte et cohérente en matière de protéines végétales.
  • Aucune loi ni évolution réglementaire ne doit plus générer de charges nouvelles,  et aucune norme ne doit être créée sans une évaluation complète d'impact.
  • Le coût du travail doit faire l'objet d'exonérations permettant de limiter le dumping social et garantir une concurrence saine, notamment au sein de l'Europe.

Pour réussir notre bras de fer avec l'état et le gouvernement, nous avons besoin d'une parfaite coordination et d'une mobilisation sans faille. Il est impératif que toutes les UCSEA se mobilisent et défendent le même message.

Brice Guyau, président de la FDSEA 85
Jordy Bouancheau et Davy Jaulin, co-présidents de JA 85

Premiers éléments pour la mobilisation à  partir du lundi 11 juin 2018 à  la raffinerie de Donges (44)

FDSEA 85 et JA 85 seront mobilisés dès le lundi 11 juin afin de faire nombre lors de l'installation du blocage. Compte tenu du passage de Nantes qui peut poser problème, il faut passer par Saint Nazaire. Nous serons accompagnés bien sûr de la FNSEA 44 et JA 44, et des agriculteurs du Morbihan.
Seront donc mobilisés de 10h à  21h, lundi 11 juin les unions communautaires de Challans Gois, Vie et Boulogne, Océans marais, Saint-Gilles, La Roche-sur-Yon, Pays des Achards, les Sables, Moutierrois Talmondais. Objectif : quatre voitures pleines pour les unions communautaires les plus importantes en nombre, et deux voitures minimum pleines pour les autres, notamment les plus éloignées. Nous nous sommes engagés sur 75 vendéens présents.
Les autres communes seront mobilisées mercredi 13  juin de 7h (pour passer Nantes avant 7h30) jusqu'à  21h. Sont concernés : Montaigu-Rocherservière, Saint Fulgent-Les Essarts, Pays de Mortagne, Herbiers, Pouzauges, Chantonnay, La Châtaigneraie, Vendée Sèvres Autize, Fontenay Vendée, Vendée Sud Littoral. Objectif : quatre voitures pleines pour les unions communautaires les plus importantes en nombre et quatre voitures minimum pleines pour les autres, notamment les plus éloignées. Nous nous sommes engagés sur 75 vendéens présents.
Nous serons alors avec la FNSEA 44 JA 44, les agriculteurs du Morbihan et du Maine et Loire. Merci de commencer à  mobiliser et prévoir repas et boissons. Plus d'informations la semaine prochaine. Bien entendu, la commande fuel de cette semaine de mobilisation n'aura pas lieu. 

éric Coutand, secrétaire général de la FDSEA 85 

Aurélien Lebeau, secrétaire général JA 85