Après Influenza aviaire : redémarrage dans le Sud-ouest à partir du 29 mars

<strong>Comme annoncé par Réussir Volailles le 18 février, le ministère de l’agriculture a confirmé que le repeuplement des 226 communes du sud-ouest vidées de leurs volailles commerciales pourra reprendre le 29 mars.</strong>

Jeudi soir 24 février, un communiqué du ministère de l’agriculture annonce enfin le début de la reprise de l’élevage des volailles dans la zone des 226 communes où l’abattage préventif avait été ordonné le 20 janvier.

Les mises en place peuvent reprendre le 29 mars si plusieurs conditions sont réunies :

 

  • Réalisation et vérification de bonne application des opérations systématiques de nettoyage et de désinfection dans les élevages foyers d’IAHP durant les 30 jours suivant le dernier foyer recensé de la zone ;
     
  • vide sanitaire général de 3 semaines au minimum ;
     
  • absence de circulation de virus y compris dans les basse-cours (surveillance ar échantillonnage dans la zone et audit biosécurité favorable.
     

 

Ailleurs de la zone de dépeuplent et des secteurs limitrophes, le repeuplement peut intervenir après un mois après l'élimination du dernier foyer.

 

4,2 millions de volailles abattues

 

Au 24 février, l’épizootie a touché 366 élevages en France et 346 dans le sud-ouest. Quelques foyers se déclarent encore sporadiquement dans le Sud-ouest, alors que des cas éclatent plus au nord (Deux-Sèvres, Indre et Loire, Mayenne, Vendée).

 

Près de 4,18 millions d’animaux ont été abattus indique le ministère de l’agriculture, dont 3,44 millions dans le Sud-Ouest. Le dépeuplement accéléré a concerné environ 1,25 million d’oiseaux (900 000 galliformes et 350 000 canards).

Des élevages de reproducteurs et quelques élevages de poules pondeuses ont été préservés et soumis à une surveillance renforcée.

 

Dans certaines zones plus éloignées de la zone à dépeupler et désormais stabilisées la levée des mesures restrictives et donc le repeuplement pourra intervenir dans des conditions de droit commun c'est-à-dire après une période d'un mois après l'élimination du dernier foyer.