Bovins maigres : analyse commerciale sem 10-2021

Commerce régulier avec une stabilisation des prix

En broutards et taurillons 12-18 mois : Après quelques semaines d’animation positive, la tendance est à la stabilisation avec un peu plus de volume. Les importateurs italiens sont peu actifs à l’achat au regard du climat qui règne sur la viande, mais ils doivent composer avec la concurrence d’autres destinations. La demande des pays du pourtour méditerranéen est plus forte dans les broutards lourds à l’approche du Ramadan (13 avril) à partir de la France ou de l’Espagne. Dommage que les sujets de plus de 450kg ne puissent pas partir vers l’Algérie. Le travail de repousse ou la mise en place en engraissement sur la France sont plus réguliers, face à des tarifs abordables dans les mâles de moins de 350kg. Dans les femelles, les bonnes laitonnes préparées pour l’export sont un peu plus nombreuses, mais elles se vendent normalement avec des cours stables. Celles de qualité sont recherchées pour l’élevage ou la repousse à la veille de la mise à l’herbe. Les tarifs se maintiennent dans les femelles ordinaires ou non vaccinées qui partent vers l’Espagne avec PCR.  

En bovins maigres + 18 mois : La période est favorable et la tendance observée dans la viande permet une animation assez soutenue sur les marchés. L’offre se montre juste suffisante pour la demande et les tarifs restent soutenus dans les bonnes femelles Blondes d’Aquitaine, Limousines ou Charolaises avec du poids pour le secteur de l’embouche, ou dans les animaux plus nature destinés à la mise à l’herbe. La demande est suivie pour les vaches Holsteins, Normandes ou Montbéliardes à herbager.

Avis d’expert :

Broutards : Les transactions vont rester régulières dans les bons mâles vaccinés FCO 4/8 à plus de 60 jours. Les tarifs seront stables dans les femelles vaccinées.

Bovins maigres +18 mois : La demande restera soutenue dans le secteur maigre.