L’expérimentation agronomique en chambre d’agriculture pays de la Loire au service des agriculteurs

Chaque année une centaine d’essais en grandes cultures est mis en place par la Chambre d’agriculture Pays de la Loire.

Alexandre GOURVENNEC, expérimentateur en Maine-et-Loire nous en parle : "Sur cette campagne, on a une quinzaine d’essais en agriculture conventionnelle dans le département". Les thématiques vont du choix variétal aux traitements phytosanitaires en passant par les rotations, les techniques alternatives de gestion des maladies et des ravageurs ou encore les associations de cultures. "On choisit ce qu’on va mettre en place et les modalités en fonction des besoins des agriculteurs du territoire, remontés par les conseillers. Certains protocoles sont communs sur une échelle régionale". D’autres essais s’intègrent à des projets de recherche nationaux ou européens qui s’établissent parfois sur plusieurs années. 

"On s’occupe de la mise en place de l’essai jusqu’à sa récolte et de l’analyse des données. On les valorise dans le recueil régional des résultats d’expérimentation publié chaque année". Ce recueil est mis à disposition de tous sur le site internet de la Chambre d’agriculture et des exemplaires papiers sont distribués aux agriculteurs adhérents aux groupes (cultures, fourrages, agronomie, agriculture de conservation, …) animés par les agronomes de la Chambre d’agriculture. Ce travail constitue une base de références technico-économiques adaptées au contexte pédoclimatique local. "Avoir nos propres essais, nous permet d’appuyer les préconisations que l’on fait auprès des agriculteurs. On a une vraie expertise basée sur des références locales" rajoute Alexandre. 

Les essais sont aussi le support de visites ouvertes aux agriculteurs. Le 2 juin 2021, 24 agriculteurs ont participé à la visite de la plateforme variétés de blé tendre au Louroux-Beconnais. L’essai évalue le comportement technologique et la rusticité de 30 variétés et 3 mélanges variétaux, soumis à un nombre de passage fongicide variable (de 0 à 2). "On est venu pour pouvoir bien choisir nos variétés pour la prochaine campagne. En plus l’essai n’est pas loin de chez nous, on a le même contexte sur nos exploitations", nous disent 2 agriculteurs du Segréen, membres du groupe Ecophyto 30 000 "réduire les intrants pour améliorer les marges et produire durablement" animé par la Chambre d’agriculture. Le groupe de 10 agriculteurs se réunit 4 à 5 fois dans l’année pour se former et échanger sur leur pratique. "Ça vient en complément de ce qu’on fait dans le groupe : sur l’essai on parle des variétés qui peuvent être conduites avec moins de fongicides. Ça nous permet aussi d’échanger avec d’autres agriculteurs du secteur qui ne font pas partie du groupe et avec les conseillers". L’an prochain, ils travailleront notamment sur : adapter ses pratiques au changement climatique, raisonner sa stratégie de protection de culture et opportunités et freins à la certification Haute valeur environnementale.