Fendt en ordre de marche

Après cinq semaines d’arrêt pour cause de coronavirus, le constructeur a remis en service quatre sites de production en Allemagne, non sans modifier l’organisation des chaines de montage.

Le 25 mars dernier, le constructeur avait cessé sa production de tracteurs et autres machines au sein de quatre usines toutes situées en Allemagne. Une mise à l'arrêt imposée par des ruptures d'approvisionnement en composants, induites par l'épidémie de coronavirus. Le constructeur, qui a désormais l'assurance d'être approvisionné, les a remises en service au cours de la semaine passée, non en en modifier l'organisation. Outre les dispositifs destinés à assurer la sécurité et la protection des opérateurs (masques, distributeurs de désinfectants, plans de désinfection...), le constructeur a modifié l'organisation de sa chaine de montage de tracteurs, avec un schéma à deux équipes pour protéger les salariés tout en offrant des capacités de production supplémentaires, pour résorber partiellement voire complètement l'arriéré du carnet de commandes.

Six usines allemandes

En Allemagne, le constructeur dispose de six usines, à commencer par celle de Marktoberdorf, dédiée à la production des transmissions et tracteurs standards et spécialisés Vario, les tracteurs à chenille étant produits aux Etats-Unis. Les Vario à roues comptent sept gammes couvrant une plage de puissance comprise entre 77 ch (200 Vario) et 517 ch (1000 Vario). Les cabines et capots sont quant à eux fabriqués sur le site de Asbach-Bäumenheim, les ensileuses Katana et pulvérisateurs Rogator à Hohenmölsen. Trois autres usines sont dédiées à la production de presses à balles rondes (Wolfenbüttel), de remorques autochargeuses (Waldstetten) et de matériels de fenaison (Feucht). Les moissonneuses-batteuses sont fabriquées en Italie (Breganze) et les presses haute densité aux Etats-Unis. Fendt emploie 4900 personnes à travers le monde.