Olives : le moulin Cante Perdrix veut élargir ses marchés

Le moulin Cante Perdrix à Saint-Bonnet-du-Gard qui transforme les olives en huile poursuit sa diversification dans le secteur cosmétique.

Le domaine du Petit Olivier (1 700 oliviers en culture biologique sur 5 ha) dirigé par Meryll et Cédric De Batz s’est, au fil des années, diversifié notamment dans le secteur de la cosmétique et auprès des apporteurs. Il met en avant la fabrication traditionnelle et son habilitation à presser les olives bio ainsi que ses labellisations AOP Huile d’olive de Nîmes et Sud de France.

La récolte des olives a commencé mi-octobre et s’achèvera autour du 15 janvier. La variété dominante cultivée au domaine est la Picholine, suivie de la Cayon. « La saison s’annonce bonne dans son ensemble. Nous prévoyons un volume de 15 t pour cette campagne 2020-2021. Il y a de bons calibres et les olives sont saines. Nos arbres sont jeunes, entre vingt et trente ans », annonce Meryll De Batz, oléologue, diplômée de l’université de Montpellier.

Selon les saisons, de 700 à 1 000 apporteurs (grossistes ou particuliers) viennent au moulin pour faire presser leur production. Avec 170 t d’olives pressées par an, le moulin est l’un des plus dynamiques de la région.

La qualité des huiles d’olive est reconnue au-delà des frontières départementales. Le domaine a obtenu une médaille d’argent en 2019 au concours général agricole et une médaille d’or en 2020. Le moulin ne fait pas de filtration et pratique l’extraction à froid. L’autre particularité du domaine est sa diversification dans le secteur de la filière des cosmétiques. « Au-delà de deux ans, je vends mes huiles au secteur cosmétique. Environ 1 000 litres par an sont écoulés pour les entreprises de la cosmétique », explique Meryll De Batz.

Le moulin réalise le plus important de ses ventes à la boutique, soit 90 % du chiffre d’affaires (environ 5 000 litres par an d’huile). Il commercialise ses huiles auprès de trois Biocoop, des épiceries fines et de la grande distribution en France.

Le moulin écoule environ 1 000 litres d’huile d’olive par an vers les entreprises de la cosmétique.