[Salon] Sival 2022 : lutte contre le gel et travail du sol de la vigne à l’honneur

Le Sival 2022 s’est tenu du 15 au 17 mars à Angers, dans le Maine-et-Loire. Voici les principales innovations que nous avons repérées pour vous sur ce salon.

Terreco lance toute une gamme de chaufferettes, ainsi que le combustible qui va avec, afin de lutter contre le gel de la vigne.
Terreco lance toute une gamme de chaufferettes, ainsi que le combustible qui va avec, afin de lutter contre le gel de la vigne.
© L. Vimond

Terreco – Une chaufferette qui assure 8 heures de chauffe

Terreco lance toute une gamme de chaufferettes, ainsi que le combustible qui va avec, afin de lutter contre le gel. L’offre se compose de deux dimensions de chaufferettes, de 42 cm pour la viticulture, et 102 cm pour les vergers. Pour chacune, Terreco propose différents tarifs, correspondant à un type d’acier et à un nombre de chauffes admissibles. Pour la viticulture, cela va de 19 euros (pour 15 chauffes) à 56,50 euros (75 chauffes). Les chaufferettes disposent d’un couvercle protégeant contre la pluie, mais surtout réorientant le flux d’air chaud. Chacune permet de monter la température d’au moins 3 degrés sur une surface de 75 m².

Terreco propose également des briquettes servant de combustible, montant à une température de 500 °C, une heure après l’allumage et assurant la chauffe pendant 8 heures. Sur base de tourbe, ces briquettes 100 % naturelles reviennent à 600 à 700 euros par nuit et par hectare et n’émettent que très peu de fumée (au moment de l’allumage).

Terreco construit désormais son propre nébulisateur : le Vitigel.
Terreco construit désormais son propre nébulisateur : le Vitigel.
© Terreco

Terreco – Le Vitigel protège 6 hectares

Terreco construit désormais son propre moyen de lutte contre le gel par fumée, avec le Vitigel. D’une largeur hors tout de 1,60 m, cet appareil dispose d’un châssis intégrant une réserve d’eau de 400 litres. Grâce à une ventilation entraînée par prise de force, il souffle latéralement de la fumée, issue de la combustion de foin et autre biomasse dans la chaudière, dans laquelle est injectée de l’eau.

Ne demandant pas plus de 50 ch de puissance de traction, l’appareil, commercialisé à 24 500 euros, protège à -3 °C sur 20 m de chaque côté, à raison d’un passage toutes les 20 minutes. Terreco annonce couvrir, dans ces conditions, jusqu’à 6 hectares avec un appareil.

L'Arboroll de Terreco est un rolofaca de 6 000 euros pour 2 m de large.
L'Arboroll de Terreco est un rolofaca de 6 000 euros pour 2 m de large.
© L. Vimond

Terreco – L’Arboroll détruit les couverts

Décliné en largeurs de 50, 100, 150 et 200 mm, l’Arboroll est un rolofaca composé d’un ou deux rouleaux de 380 mm de diamètre, sur lesquels sont boulonnés des couteaux interchangeables en acier hardox. Facturé 6 000 euros pour un modèle simple rouleau de 2 m de large, l’Arboroll peut s’atteler aussi bien à l’avant qu’à l’arrière d’un tracteur.

Novaxi propose d’arpenter chaque pied de vigne avec un GPS RTK.
Novaxi propose d’arpenter chaque pied de vigne avec un GPS RTK.
© L. Vimond

Novaxi pilote les interceps par GPS

Plutôt qu’utiliser un palpeur, Novaxi propose d’arpenter chaque pied de vigne avec un GPS RTK (précision de 2,5 cm), afin de déclencher l’effacement des outils interceps ou encore l’ouverture et la fermeture d’une prétailleuse aux abords du piquet. Selon le spécialiste du binage de précision, cette solution peut identifier individuellement chaque cep et le qualifier, par exemple un jeune complant, afin d’agir de manière différenciée à l’approche de ces pieds (marge de sécurité plus grande par exemple).

Agralis anticipe les gels

Agralis lance Aquafox Gel un service de prévision du gel. Il s’appuie sur une station mesurant la température sèche sous abri et à l’air libre, l’hygrométrie et la température humide. Les données sont actualisées toutes les 12 minutes et visualisables sur une application.

Des alertes SMS, appel vocal ou e-mail peuvent être paramétrés en cas de franchissement d’un seuil préalablement défini.

 

 
Le Limasol de Forge Boisnier est destiné aux vignes de 1,70 à 2,50 m. © L. Vimond

Forge Boisnier – Un porte-outils double rang dès 1,70 m

Forge Boisnier est connu pour son porte-outil Emisol, vendu dans les vignes de 2,50 m d’interrang et plus. Désormais, il est secondé par le Limasol. Destiné aux vignes de 1,70 à 2,50 m, dans l’Anjou notamment, il reprend les caractéristiques de son grand frère, à part ses dimensions optimisées pour ces vignes plus étroites.

Axe Environnement propose un mélangeur de bouillie à 2 000 euros.
Axe Environnement propose un mélangeur de bouillie à 2 000 euros.
© L. Vimond

Axe Environnement - Un mélangeur de bouillie à 2 000 euros

Afin de proposer une alternative économique aux mélangeurs du marché, facturés au minimum autour de 4 000 à 5 000 euros pour ce gabarit (prix variable selon la matière dont il est composé), Axe Environnement a investi dans un moule pour limiter le coût.

Le prototype présenté au Sival affiche une capacité de 270 litres et peut mélanger jusqu’à 100 kg de poudre grâce à une pompe de 330 l/min. Il ne dispose d’aucun équipement saillant, optimisant sa longévité. Il devrait être proposé à un tarif entre 2 000 et 2 300 euros, prix culture.

Pineau Frères propose un outil de travail du sol 4 en 1, le Roto-Scalp.
Pineau Frères propose un outil de travail du sol 4 en 1, le Roto-Scalp.
© L. Vimond

Pineau Frères – Le Roto-Scalp, un outil 4-en-1

L’entreprise ligérienne Pineau Frères propose un outil de travail du sol superficiel, le Roto-Scalp, qui se compose d’une lame frontale terminée par des pointes, scalpant sur 2-3 cm. Travaillant à une vitesse de 5 à 10 km/h, elle est suivie de deux rouleaux de type rolofaca, montés sur deux balanciers indépendants permettant un suivi du sol en trois dimensions.

Ces rouleaux assurent un émiettement de la terre soulevée par la lame mais peuvent travailler en solo pour fatiguer l’enherbement, si on ôte la lame avant. Plusieurs lames (droite ou concave, renforcées au carbure en option) sont proposées. Le support des lames peut également servir de support de dent de décompacteur. En option, un semoir assure en plus l’implantation des engrais verts. Pouvant être lesté de masses et monté à l’avant, à l’arrière ou entre roues, le Roto-Scalp se décline en largeurs de 50, 60, 70, 80, 90 et 130 cm.

La société ligérienne BT2V propose le Pome 50, un enjambeur bon marché.
La société ligérienne BT2V propose le Pome 50, un enjambeur bon marché.
© L. Vimond

BT2V – Pome, un enjambeur à prix réduit

Pour remplacer les anciens tracteurs enjambeurs arrivant en fin de vie dans le muscadet, la société ligérienne BT2V propose le Pome 50. Abritant un moteur Yanmar de 50 ch, ce porte-outil motorisé enjambeur (Pome) de 1,5 t affiche une longueur hors tout de 3,75 m, une largeur de 1,82 m et un dégagement de 1,30 m. Non homologué, l’enjambeur à quatre roues égales et motrices se déplace jusqu’à 18 km/h et doit être transporté sur porte-engin pour aller d’une parcelle à une autre lorsqu’elles sont séparées par une route. Doté de porte-outils ventraux et arrière, il est affiché à un tarif inférieur à 70 000 euros.

Vedelago exposait un outil de travail du sol sur base de disques étoilés.
Vedelago exposait un outil de travail du sol sur base de disques étoilés.
© L. Vimond

Vedelago – Des disques étoilés pour l’interrang

Le constructeur girondin propose un outil de travail du sol sur base de disques étoilés, d’une épaisseur de 12 mm. Ces derniers peuvent être placés en X ou en Y, l’angle d’attaque étant réglable. Le réglage de profondeur de travail s’ajuste à l’aide du troisième point. Proposé en largeur de 1,50 m (2 m avec extensions), cet outil présenté autour de 10 000 euros peut recevoir différents types de dents à l’avant, ainsi qu’un semoir de couverts.

Le constructeur italien Merlo présente un chargeur télescopique électrique baptisé E-Worker.
Le constructeur italien Merlo présente un chargeur télescopique électrique baptisé E-Worker.
© Merlo

Merlo – Un chargeur télescopique électrique

Le constructeur italien présente un chargeur télescopique électrique. Baptisé E-Worker, cet engin de manutention soulevant jusqu’à 2,5 t et 4,80 m de haut se décline en une version à 4 roues motrices de 90 ch et une version deux roues motrices de 60 ch. Cette dernière propose des roues folles à l’arrière permettant de tourner sur place. Affichant une garde au sol de 25 cm et une autonomie de 8 heures en translation, l’E-Worker est animé par quatre modules de batteries plomb-acide démontables positionnés sur toute la largeur de l’engin dans la partie la plus basse pour abaisser le centre de gravité.

L’un de ces modules anime la pompe hydraulique de 45 l/min servant à la manutention, tandis que les autres servent à la translation. Proposant un gabarit de 1,53 à 1,67 m de large pour moins de 2 m de haut, l’E-Worker est disponible au tarif de 60 000 euros pour le petit modèle et 90 000 euros pour le plus puissant.