Veaux : Les veaux médiocres sont invendables

[Veaux : analyse commerciale sem 37-2021]

Veaux d’élevage et d’engraissement – Le pic des vêlages approche. C’est généralement entre les semaines 38 et 42 que les volumes sont les plus importants et où les difficultés sont à leurs paroxysmes pour les éleveurs. Les niveaux de prix semblent établis que ce soit dans les veaux laitiers, mixtes ou croisés, mais dans les prochaines semaines, les tarifs vont passer au second plan au regard des places disponibles. Les veaux excédentaires pourront trouver un débouché à l’export s’ils sont convenables. Les ordinaires et les légers ne seront pas ramassés car sans valeur sur le marché. Les tarifs pratiqués dans les fermes sont faibles et engendrent souvent des tensions, fort compréhensibles. Les veaux légers toutes races confondues ont très peu de valeur et ne sont plus ramassés. Dans les croisés, la situation est identique même si le marché export protège un peu mieux les mâles lourds. Les très bons veaux jaunes ou croisés Blanc bleus U de conformation sont peu nombreux et se maintiennent. Le commerce reste fluide dans les Limousins, avec une très bonne tenue des prix. 

Veaux  de boucherie - Le niveau de la demande est un peu moins soutenu après la période de rentrée, mais les disponibilité offertes par les intégrateurs sont modestes et influent positivement sur les prix. Cette tendance positive devrait se confirmer sur l’automne où la consommation est souvent plus soutenue. 

Avis d’expert :

Veaux d’élevage et d’engraissement : Les tarifs seront stables, mais le tri sera sévère avec des veaux qui devront prendre le chemin de l’Espagne.  

Veaux  de boucherie – La tendance haussière devrait se confirmer à une saison ou la viande de veau est mieux appréciée.