Charte ou pas, les négociations commerciales commencent durement

Avec AFP

coop de France

« Les négociations commencent durement avec certaines enseignes, affirme Pascal Viné, le délégué général de Coop de France. Le souffle des états généraux n’a pas été durable ».

"Ce qu'on souhaite, c'est que la loi soit publiée très rapidement, parce qu'en particulier, on a signé la charte d'engagement proposée par le ministre de l'Agriculture le 14 novembre et on voit qu'elle a très peu d'effets sur le déroulé des négociations commerciales 2018, qui se déroulent comme d'habitude", a déclaré à l'AFP Pascal Viné, délégué général de Coop de France, en marge de la présentation des résultats des coopératives agricoles pour 2016.

Les représentants des agriculteurs, de l'industrie agroalimentaire et de la distribution, dont Michel-Edouard Leclerc, ont signé à la mi-novembre une "charte" de bonne conduite pour des négociations commerciales loyales, issue des engagements pris lors des Etats généraux de l'alimentation dont la clôture doit avoir lieu le 21 décembre.

A défaut de constituer un document juridiquement opposable, elle représente "un engagement qui vous engage, politiquement et moralement", avait lancé aux signataires le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert.

"On souhaite qu'il y ait la loi qui vienne solidifier le dispositif, sinon la charte restera une somme de bonnes intentions sans efficacité, et donc on aura des relations commerciales qui ne seront pas meilleures que l'année dernière", a appuyé M. Viné, pour qui "le seul souffle des EGA ne suffit pas". Selon lui, cette année encore, "il y a des enseignes qui ont des comportements extrêmement violents" et, s'il y a "beaucoup de bons sentiments à l'échelle nationale", ils se heurtent au "principe de réalité".

Une rentabilité faible et en baisse  

Les adhérents de Coop de France ont réalisé en 2016 un chiffre d'affaires consolidé de 85,9 milliards d'euros, un niveau voisin de celui de 2015 (86,9 milliards finalement). Le bénéfice net global de 904 millions d'euros est en recul (973 millions en 2015), tout comme la rentabilité du secteur: avec un taux de marge de 3,57%, "on voit bien qu'on est inférieur à ce qui se fait dans d'autres secteurs", déplore Pascal Viné, expliquant ainsi la forte attente autour de la loi qui sortira des Etats généraux.

Ce même ratio est de 4% pour la construction automobile et de 8,4% pour la construction aéronautique et spatiale, souligne M. Viné. Il est d'autant plus impatient de voir la loi votée que Coop de France "se retrouve globalement" dans son contenu: "tout ce qui concerne le seuil de revente à perte, la limitation des promotions, la clause de renégociation des prix lorsqu'il y a variation du prix de la matière première, la question des prix abusivement bas, la révision du code du commerce, tout ça, ce sont des choses que nous avons proposées qui sont dans la loi", déclare M. Viné.

Au-delà de la loi, M. Viné espère également une évolution globale des comportements de la grande distribution, qui prendra sa source dans une meilleure compréhension par le consommateur des raisons pour lesquelles "il paye un peu plus cher tel produit et un peu moins tel autre".

Sur le même sujet

Commentaires 6

ulysse40

il serrait grand temps que les agriculteurs reprainent les rennes de toutes ses cooperatives de tout ses syndicats de toutes ses institutions agricoles qui sont controlees depuis plus de 50 ans par les memes agriculteurs arrivistes magouilleurs et qui font porter le chapeaux a la grande distribution

Quelle honte

Mon pere il est telment fort qui va se faire entuber mais on doit etre sauver avec la na tout doit nous etre payer au coups de production on fais plus domega donc payer plus cher

mouton89

Quand une majorité d'entre nous comprendra que nous sommes dirigés par la fnsea, les JA, les chambres d'agricultures... et que nous les regardons faire, pire, nombreux les soutiennent et applaudissent!!

encore agri?

hé oui ,tous ces administrées ,ja fdsea coop ..ils n y a que ceux la qu,y arrivent petit mandat...et aussi les droits a produires les agrandissements....pauvre monde agricole....meme subtiliser son voisin et je sais de quoi je parle....si vous avez rien compris....

titi

svp un peu de bon sens qui sont les plus riches aujourd hui n est ce pas lactalis bigard charal avril qui ne veulent meme pas publier leur resultat et qui se cache derriere les grandes surface .sans aucun commentaires de nos syndicat qui on pour la plupart des actions dans ses groupes

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier