Indre-et-Loire: un agriculteur dessine le mot "help" avec du blé

avec AFP

Indre-et-Loire: un agriculteur dessine le mot "help" avec du blé
Capture d'écran vidéo Youtube

Un agriculteur tourangeau a semé du blé pour dessiner le mot "Help" ("à l'aide") dans son champ, sur une surface totale de cinq hectares, a constaté jeudi un photographe de l'AFP.

Le mot dessiné par cette plantation de blé mesure 100 mètres de long sur 48 mètres de large. La ferme, située sous un couloir aérien, produit outre du blé, du maïs, du tournesol, du trèfle, du lin et du sorgho. "Quand ils passent au-dessus, les avions de ligne commencent à descendre à Orly. Les passagers voient mon SOS", a expliqué à l'AFP Jacques Fortin, un agriculteur de 63 ans dont la ferme se trouve à Athée-sur-Cher, près de Tours. "D'ailleurs c'est le pilote d'un petit avion qui m'a envoyé par mail la première photo", a-t-il ajouté. Pour justifier son geste, M. Fortin, qui dit ne vivre qu'avec 350 euros par mois, explique qu'il s'agit d'"un SOS collectif, adressé au nom de tous les agriculteurs".

"Certains craquent"

"On a eu une succession de mauvaises années climatiques depuis quatre ans. Les agriculteurs sont au bout du rouleau. Ils en ont ras-le-bol", plaide-t-il. "Je suis dans un monde où j'ai des responsabilités de chef d'entreprise et je vis en-dessous du seuil de pauvreté. Ce n'est pas normal de vivre avec 350 euros par mois quand on travaille tous les jours et bien plus de 35H par semaine. Certains craquent. D'autres se suicident", assure-t-il. "Les politiques ne nous écoutent pas. Ils sont sourds à notre colère. J'espère qu'ils ne sont pas aveugles et liront ce message de désespoir", espère-t-il.

 

Sur le même sujet

Commentaires 1

ophique

bravo
tout le monde crève en silence
nos politicards ne se rendent même pas compte dans quel merdier ils ont mis l'agriculture
Michel Barnier peut raser les mûrs
Pour faire l'europe vers l'est, la France a sacrifié son agriculture.
mais qui nous oblige à accepter ça. leur paperasse, leur interdiction des moyens de production, leur réglementation, le diktat de la distribution.
tout le monde se paie sur la bête agricole.
2016 a été catastrophique, rien n'est fait

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires