anonymous

Intrusion de l'Ass. "Boucherie abolition" : « surtout, rester calme et appeler les gendarmes »

J. Pertriaux

Intrusion de l'Ass. "Boucherie  abolition" : « surtout, rester calme et appeler les gendarmes »
- © DJ

Dimanche 14 avril, les associés du Gaec du Marchis, à Beaulieu (61), éleveurs de porcs dans l'Orne, repèrent quatre voitures qui se garent à proximité des bâtiments d'élevage.

Boucherie abolition

Association animaliste et antispéciste qui prône la fin de l'élevage

« Trois à quatre personnes descendent de chaque véhicule », témoigne Dominique Jouandet, l'un des associés. Les militants entrent dans un des bâtiments d'engraissement et essaient de « libérer » les porcs : l'association antispéciste Abolition Boucherie veut l'abolition de l'élevage. « Il faut garder son calme et appeler les gendarmes. Surtout rester calme et prendre du recul ! réagit Dominique Jouandet. Il faut les prendre en photo, relever leurs plaques d'immatriculation. » Et attendre les forces de l'ordre. La gendarmerie de Tourouvre est arrivée trente minutes après l'appel des éleveurs, juste après le départ des activistes.
« Mon frère Benoît a réussi à prendre l'un de leurs portables. » Le téléphone servait à filmer la scène. Les éleveurs ont donc posté cette vidéo, intégrale, sur les réseaux sociaux. « L'association a mis, sur sa page à elle, des photos où on voit les porcs dans le couloir. Alors, ils sont forcément serrés. Les gens sont manipulés. » La vidéo récupérée par les éleveurs s'appelle Surprise ! Elle est en libre accès sur la page Facebook No vegan - L'omnivore libre. Elle dure près de douze minutes. « Ces gens-là sont dans l'impunité. Nous éleveurs, mais aussi les abattoirs et l'ensemble de la filière, nous devons exiger que la loi soit respectée et les activistes condamnés. » Le matin, ils s'étaient introduits dans un élevage de volailles dans l'Eure.

Source l'Agriculteur Normand

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier