Le Maire exige de la "réciprocité" dans le commerce international

AFP

Le Maire exige de la "réciprocité" dans le commerce international

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a exigé vendredi de la "réciprocité" dans le commerce international avec des règles "respectées par tous" et souligné la volonté de la France "d'accélérer" les réformes pour restaurer sa "puissance économique".

"Je serai un ministre français de l'Economie très vigilant sur le respect du principe de la réciprocité dans le commerce international", a affirmé M. Le Maire lors de l'ouverture, à Bercy, du 9e Forum économique international Amérique latine et Caraïbes. "Je crois à un commerce régulé, avec des règles qui sont les mêmes pour tous et qui sont respectées par tous", a-t-il insisté. "Le commerce est un facteur de prospérité à partir du moment où les règles sont les mêmes pour tous et respectées par tous", a-t-il insisté, tout en rejetant le protectionnisme.

"Fermer les frontières, c'est détruire des emplois", a-t-il assuré, avant de reprendre sa "casquette" d'ancien ministre de l'Agriculture sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy pour illustrer sa pensée sur le commerce international, en prenant l'exemple du boeuf aux hormones. "Il est certainement beaucoup moins coûteux de produire de la viande aux hormones", a-t-il expliqué. "La bête grandit plus vite, cela coûte moins cher, on dépense moins pour l'alimentation, mais c'est mauvais pour la santé du consommateur", a-t-il rappelé. "Je ne peux pas demander cet effort financier à nos producteurs en France et dans le même temps laisser entrer en France de la viande et des produits fabriqués avec des hormones", a-t-il déclaré "C'est inéquitable et le commerce inéquitable détruit des emplois", a-t-il affirmé.

M. Le Maire a également saisi l'occasion pour confirmer, face à un auditoire international, la volonté de son gouvernement de mener à bien des réformes, en particulier celle du "marché du travail". "C'est quand il y a la croissance qu'il faut faire les réformes. En France (...), nous sommes bien décidés à profiter de ces vents plus favorables pour accélérer la mise en oeuvre des réformes qui sont indispensables au redressement économique de notre pays", a-t-il affirmé.

"La réforme du marché du travail, qui été engagée par le président de la République (Emmanuel Macron) et par le Premier ministre (Edouard Philippe) depuis le premier jour de ce nouveau mandat, je crois que c'est un signe très clair de notre détermination à tous à profiter de chaque jour de chaque semaine pour faire avancer les réformes structurelles en France (...) indispensables pour restaurer la puissance économique de la France", a-t-il ajouté. 

Sur le même sujet

Commentaires 1

gerard lambert

pauvre le maire qui decouvre l inequite des produits agricoles importes,hypocrisie de tous ces bobos politiciens qui achetent equitable au quotidien mais qui depuis des décennies commercent du mais et du soja ogm,des viandes sans cahier des charges etc.On vas appeler ca le french flair...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier