Les agriculteurs rejoignent la contestation sur fond de loi EGAlim et de RPD

RL avec AFP

Une centaine d'agriculteurs ont déversé 40 tonnes de pierres devant la préfecture d'Eure-et-Loir lundi soir
JA 28

Les agriculteurs, qui vont voir la redevance pour pollution diffuse (RPD) augmenter le 1er janvier, craignent un report de l’ordonnance relative au Seuil de revente à perte (SRP) au motif qu’elle entamerait le pouvoir d’achat des consommateurs, en gilet jaune ou pas. La FNSEA appelle à manifester la semaine prochaine, pas sur les Champs Élysées.

Les agriculteurs rejoignent la contestation sur fond de loi EGAlim et de RPD

Les agriculteurs manifesteront "la semaine prochaine" pour que le gouvernement tienne ses promesses contenues dans la récente loi Alimentation, a annoncé lundi la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, sur Franceinfo. "Nous serons dans la rue très prochainement pour dire stop au matraquage des agriculteurs et pour que le gouvernement tienne ses promesses sur la loi Alimentation", a dit la présidente du premier syndicat agricole français, dans un contexte de tensions avec les distributeurs lors des négociations commerciales. "Nous ne voudrions pas que ce soient les agriculteurs qui fassent les frais du ralentissement ou du renoncement du président de la République", a-t-elle martelé. 

Loi EGAlim : surcoût de 0,5 € par mois et par personne

Le gouvernement doit présenter mercredi les ordonnances attachées à la loi Alimentation, notamment celle sur le relèvement du seuil de revente à perte et la limitation des promotions. Mais en plein mouvement des "gilets jaunes", la baisse du pouvoir d'achat induite par ces mesures pourrait ne pas passer, un argument utilisé par les distributeurs. Cette baisse serait de "50 centimes par mois et par habitant" selon les calculs de la FNSEA, a tempéré Christiane Lambert qui dénonce "la pression inouïe de certains distributeurs" et demande à Emmanuel Macron de "tenir sa promesse". A Chartres (Eure-et-Loir), une centaine d’agriculteurs ont pris le devants en déversant, lundi soir, 40 tonnes de pierres devant la préfecture. Plusieurs tracteurs ont défilé dans Chartres et ont déversé des bennes de pierres provenant de champs du département face aux bureaux administratifs.   "Notre mouvement de contestation s'inscrit en marge des gilets jaunes et vise à montrer que la politique d'Emmanuel Macron sur les taxes conduit dans le mur de pierres que nous avons érigé ce soir", a déclaré Julien Lefèvre, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs d'Eure-et-Loir, le syndicat agricole à l'origine de cette manifestation. "Nous soutenons les gilets jaunes en tant que citoyens mais pas en tant qu'agriculteurs parce qu'on ne défend pas les mêmes choses", a-t-il précisé. 

RPD : taxes de de 0,9 €/kg à 9 €/kg

Les agriculteurs s’insurgent contre la révision des modalités de calcul de la Redevance pour pollution diffuse (RPD), annoncée en janvier dernier par le gouvernement, dans le cadre d’un plan d’action visant à réduire la dépendance aux pesticides. Les substances concernées sont des substances cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR), toxiques pour certains organes cibles, toxiques pour le milieu aquatique ou dont la substitution est envisagée. Le 1er janvier prochain, le taux de la redevance variera de 0,90 à 9 €/kg contre une fourchette de 0,90 à 5,10 €/kg actuellement. Un taux additionnel est également défini pour les types de substances dites "soumises à exclusion" ou "candidates à la substitution" au sens de l'article 24 du règlement CE n°1107/2009 concernant la mise sur le marché de produits phytopharmaceutiques. Ce taux additionnel a pour objectif de rendre la redevance plus incitative pour la réduction de l'utilisation des substances les plus préoccupantes. Elle s'élève à 5€/kg pour les substances soumises à exclusions et 2,5€/kg pour les substances candidates à substitution. Le  projet d’arrêté fixant la liste des substances soumises à la redevance est en  consultation jusqu’au 14 décembre.  "Le monde agricole est victime lui aussi de la hausse des taxes. En janvier, la RPD (redevance pollutions diffuses) va augmenter de 50 à 300 %, selon les produits phytosanitaires, ce qui correspond à une hausse des taxes de 3.000 euros par an pour une ferme moyenne en Beauce", déclare Julien Lefèvre. La réforme de la RPD doit rapporter 50 millions € s’ajoutant aux 140 millions € générés par le règlement en cours. Les fonds abondent le Plan Ambition Bio 2022.

Source RL avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 9

gim

oh les amis, il faut vraiment se bouger le cul, la hausse de la rpd est inacceptable, faites vos comptes.
la transition écologique est une escroquerie qui va nous obliger à une révolution.
lisez, documentez vous c'est un vrai scandale d'état, une manipulation.
une minorité bien pensante nous prennent pour des c..s
c'est une politique d'une brutalité sans nom: taxer pour vous obliger à changer.
qu'allez vous devenir quand ce populisme antipesticide va vous conduire à une telle réduction des phyto et que les quintaux vont manquer pour la rentabilité de vos fermes.
lutter contre la septoriose avec du soufre est une sottise.
la france qui travaille en a plus que marre de cette fiscalité au nom de l'écologie

bleue 26

Pourquoi toujours des jalousies et ranceurs dans la même profession, chacun voit midi à sa porte et il faudrait voir plus loin que le bout de sont nez, il existe une multitude d' exploitations, industrielles, bio, vent directe et autres pour les hausses de taxes vous ne pensez même pas aux arbo ou viti qui font de l IGP, tout le monde à sa place , la beauce pour le grenier à blé, le bio pour 20% maximum, la vente directe pour 5%.. tout est une question d' équilibre, et se tirer dans les pattes c' est idiot, c' est toujours la lutte des classes dans le dernier pays communiste qu' est la france(48%du PIB) derrière la Corée du nord je vous l' accorde

Antoine

Je suis en pleine beauce est la taille moyenne des exploitations est de 150 ha .... la beauce a toujours bon dos .... allez donc voir dans la marne ou le nord de la France ....

Moty

Concernant, la loi EGAlim, beaucoup d'agriculteurs ont conscience que sa portée sera très limitée. Vous, à la fnsea, vous faites croire à vos adherents que c'est trés important que cela apportera des prix rémunérateurs. Nous sommes dans une mondialisation libérale, prônée par la fnsea depuis quelques décennies, depuis 20 ans , nous en subissons les conséquences au quotidien. Donc ne révons pas, les prix corrects ce n'est pas pour demain. Mais quand vous déciderez au niveau européen d'organiser collectivement une maitrise des volumes dans chaque production , Alors là les prix pourraient revenir

duracuire

ou que soient nos fermes , ce n'est pas avec une forte hausse des taxes et autres redevances que ça va arranger nos revenus et encore moins faire baisser la quantité de produits utilisés, chacun doit pouvoir vivre dignement de son travail et il est souhaitable pour la santé de tous que l'on nous accompagne sérieusement vers une diminution raisonnée de produits phytopharmaceutiques . quand au carburant il n'y a pas grande solution , le tracteur electrique c'est pas pour encore ;-)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier