anonymous

Les produits agricoles européens de nouveau dans le viseur des Etats-Unis

Pleinchamp avec l'AFP

Les produits agricoles européens de nouveau dans le viseur des Etats-Unis

La France, déjà sous le coup de taxes punitives visant de nombreux vins exportés vers les États-Unis, se voit désormais menacée de nouvelles représailles douanières par Washington, ciblant cette fois les fromages, le beurre ou encore le Champagne.

L'administration Trump a menacé le 2 décembre de surtaxer "jusqu'à 100%" l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français en réponse à l'instauration en France d'une taxe sur les géants américains du numérique. La mesure n'interviendra pas avant mi-janvier, à l'issue d'une période de consultations pour examiner les éventuelles demandes d'exemptions, selon le représentant américain au Commerce (USTR). Ce serait le cas échéant le deuxième train de sanctions douanières touchant la France : dans la longue bataille juridique autour des subventions accordées à Airbus, les États-Unis ont commencé mi-octobre à appliquer des taxes punitives s'élevant à 10% sur les avions européens et à 25% sur divers produits alimentaires de l'Union européenne dont une partie des vins français.

Cette taxe de 25% pénalise pour l’instant les vins "tranquilles" (non effervescents) français ayant un degré d'alcool inférieur ou égal à 14%, et en contenants de moins de deux litres - soit des exportations représentant un milliard d'euros en 2018. Initialement épargnés, les vins pétillants et mousseux - catégorie incluant les champagnes - sont désormais également menacés de surtaxes par Washington, selon la liste dévoilée par l'USTR. Les ventes des vins mousseux concernés aux États-Unis représentent près de 700 millions d'euros par an, soit près de 40% en valeur des exportations totales de vins français outre-Atlantique, selon la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS). "Nous déplorons bien évidemment cette annonce qui, après le litige sur Airbus, cible une nouvelle fois les vins français et toujours dans le cadre d'un différend (...) qui ne concerne en rien notre secteur", a déploré Antoine Leccia, président de la FEVS, cité dans un communiqué.

Fromages, yaourts et beurre

Les fromages français n'étaient jusque-là concernés que de façon très marginale par les surtaxes américaines entrées en vigueur mi-octobre, qui ciblaient d'autres fromages européens comme le cheddar, le stilton ou le parmesan. Cette fois, des fromages français - dont l'emblématique roquefort - sont épinglés, tout comme des yaourts et beurres hexagonaux. Les produits laitiers visés représentaient en 2018 des exportations de 177 millions d'euros vers les États-Unis, dont 155 millions pour les fromages et 13 millions pour le beurre, selon le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel). Au total, 87% des ventes de fromages français outre-Atlantique (en valeur) seraient soumises aux surtaxes, et la quasi-totalité (99%) des exportations de beurre. "L'impact est considérable (...) Le sentiment d'inquiétude plane sur la filière" et "il sera un peu compliqué de trouver" d'autres débouchés, alors même que le secteur est également confronté aux turbulences du Brexit, explique Benoît Rouyer, économiste du Cniel.  

"L'agriculture ne peut pas être prise en otage dans le commerce sur les sanctions des Etats-Unis sur des sujets qui ne nous concernent pas. Nous avons demandé au Premier ministre, en lien avec l'Union européenne, de privilégier la voie de la négociation", a réagi Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, à l'issue d'un entretien le 3 décembre avec le Premier ministre Edouard Philippe.

Sur le même sujet

Commentaires 3

digue3942

les tracteurs à jantes jaunes symbole américain se vendent comme des petits pains .

Bruno 02

Oh, un organisme agricole représentatif s'offusque ? Il doit y avoir des élections prochainement ? Parce que là, on flirte avec le ridicule : cela fait des années que les gouvernements taxent et décident de politiques extérieures qui n'amènent que des représailles agricoles qui déciment agriculteurs et revenus agricoles, et que nos beaux politiques n'envisagent rien de moins que de nous mettre tous au bio " pour nous rendre de la valeur ajoutée ". Comprenez : Leclerc nous tient par la peau des c..., tout comme Trump et Poutine, et qu'un engagement non contraignant d'achat de 10 Airbus permet à 18 pays de crier victoire... Et puis, on s'en tape des cul-terreux en hauts-lieux...

viande

En pleine cop25 on dramatise sur les taxes possibles alors que le commerce international accroit la consommation de pétrole et le réchauffement climatique ! l'après guerre donnait la maitrise du nord à l'Amérique et ça continue, alors le consommateur peut ne pas acheter de vins californien, de beurre de cacahuète, de coca...puisque les politiques ne feront rien.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier