anonymous

Loire-Atlantique - Foncier sur Pornic : explications

Delphine Bisson

Loire-Atlantique - Foncier sur Pornic : explications
20190125_MoreauMaillard.jpg - ©

Suite à une mobilisation de l’association Terres communes devant les locaux de la chambre d’agriculture, la FNSEA 44 et JA 44 souhaitent clarifier les choses. Le point avec Anthony Moreau et Jérémy Maillard, responsables FNSEA 44 et JA 44 sur le secteur de Pornic Pays de Retz.

  • Le 14 janvier, l’association Terres communes se mobilisait devant la chambre d’agriculture. Pourquoi ?

Anthony Moreau : En février dernier, quatre exploitants dans le secteur de Pornic partaient à la retraite en même temps. Ces sessions d’exploitations représentent 350 ha sur deux sites avec des bâtiments d’exploitation, du matériel, des stocks, un salarié et une maison d’habitation.

Un exploitant de Normandie est venu solliciter les différents cédants en leur proposant de reprendre leurs exploitations. Afin de simplifier la procédure, les cédants et le repreneur ont demandé l’intervention de la Safer. La Safer a donc procédé à un appel public de candidatures en bon et due forme.

Des candidats se sont positionnés uniquement sur une partie des parcelles, sans proposer la reprise du siège d’exploitation soit les bâtiments, le matériel et le cheptel. Il est important de rappeler le rôle de la Safer qui est d’intervenir à la fois pour les cédants et à la fois pour le repreneur.
Du côté des cédants, la reprise de leurs exploitations se comprend dans sa globalité. Si chaque candidat reprenait des bouts de parcelles, les cédants ne pourraient pas valoriser leurs sièges d’exploitation et le travail d’une vie.
Au premier trimestre 2018, une réunion locale avait été organisée pour discuter des problématiques engendrées par le changement d’orientation de ces exploitations dont notamment l’impact sur les Cuma locales et le maintien de l’élevage dans le secteur.

Au final, le repreneur s’est désisté sur une partie des exploitations, alors qu’au départ il s’était bien positionné sur les quatre exploitations et avait sollicité un travail de la Safer qui s’est effectué sur du long terme. Ce n’est pas rien. Il faut savoir que le dossier a débuté en février 2018.
L’association Terres communes a manifesté une première fois en décembre à Sainte-Pazanne, devant les locaux de la chambre d’agriculture. Elle vient de recommencer il y a dix jours devant les locaux de la chambre à Nantes. L’association reproche à la Safer et à la FNSEA 44 et JA 44 d’avoir céder les trois exploitations à un seul et même exploitant au détriment d’installations.

  • Quelle est la position de la FNSEA 44 et JA 44 sur ce dossier ?

Jérémy Maillard : Les JA ont toujours été pour l’installation et le bon déroulement de la transmission. C’est pourquoi nous avons notamment mis en place le PTC : Plan de transmission en collectif. La Safer, a fait son travail, mais aucun jeune ne s’est positionné pour s’installer en reprenant l’exploitation dans sa globalité. La position de Terres communes d’installer cinq à dix éleveurs, 20 paysans boulangers ou 100 maraîchers bio ne tient pas la route. L’association parle également d’un grand projet céréalier. Là aussi, c’est faux. La surface totale cédée était déjà composée à 75 % de céréales.
Il est aussi important de rappeler que la cession de ces exploitations a quand même permis une installation et la confortation de plusieurs exploitations. Au final, le repreneur s’est retiré de l’acquisition du site de Pornic. La Safer va donc procéder à un nouvel appel public de candidatures. Les jeunes qui souhaitent candidater pourront le faire. Par ailleurs, afin de rétablir la vérité, FNSEA 44 et JA 44 organisent une conférence de presse le lundi 28 janvier à Pornic.

Source Agri44

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier