anonymous

Taxes sur la solution azotée : « la coupe est pleine ! »

Adèle Magnard

Taxes sur la solution azotée : « la coupe est pleine ! »

Les droits antidumping sur l’importation de solution azotée ont été validés par la Commission européenne et inquiètent les producteurs de grandes cultures.

La Commission européenne a validé jeudi dernier la mise en place des taxes antidumping provisoires sur les importations de solution azotée. Ces taxes sont annoncées sur des niveaux de 16,3% pour la solution importée de Trinidad, 22,6% pour celle des Etats-Unis et 34% pour celle de la Russie. Près de 50% des importations de solution azotée en France provient de ces trois pays. 

« Une nouvelle hausse des cours sera à prévoir tandis que les agriculteurs français ont déjà pu observer une hausse d’environ +10 €/t sur les prix annoncés en nouvelle campagne », annonce le cabinet Agritel.

Selon les associations de producteurs de grandes cultures, ces taxes représenteraient un coût supplémentaire de 500 millions d’euros par an à la charge des agriculteurs. 

Front commun contre ces nouvelles taxes

« La coupe est pleine ! Les producteurs de grandes cultures ne peuvent plus supporter de nouvelles taxes ! » alertent les associations de producteurs de blé (AGPB), maïs (AGPM), betterave (CGB) et oléo-protéagineux (FOP) dans un communiqué de presse commun daté du 12 avril. Pour ces organisations, le surcoût que pourraient engendrer ces nouveaux droits antidumping s’ajouterait aux distorsions de concurrence auxquelles font déjà face les producteurs européens. 

« Nos concurrents hors Union européenne ayant accès à des fertilisants moins onéreux, un surcoût évalué à un milliard d’euros par an est déjà supporté par les agriculteurs européens », indique le communiqué.

Les associations de producteurs, aux côtés de la FNSEA, demandent au ministre de l’Economie et des finances Bruno Le Maire que la France vote contre la mise en place de ces droits antidumping. Elles espèrent que le gouvernement puisse convaincre les autres Etats membres de faire de même.  

« Les mesures définitives devraient être publiées cet été ou au maximum le 11 octobre prochain pour définir si ces taxes seront maintenues », précise le cabinet Agritel. 

Sur le même sujet

Commentaires 5

Oxmo

Bravo l'Europe
C'est exactement ça qu'on attend de toi, une protection contre ceux qui ne respecte pas nos normes.
Par contre je ne pense pas que c'était le chantier le plus urgent

Tino1801

Ras le bol des bureaucrates qui nous tuent à petit feu!
Ils tapent toujours sur les mêmes!
Heureusement qu'ils taxent pas leurs conneries sinon on n'aurait plus de déficit...

joel

mais que nous apporte l'europe ?
moins d'aides, plus de réglementations, plus de contrôles, plus de mondialisation sauvage !

leur sadisme nous propose une lente agonie, nous crèvons des décideurs qui ne veulent plus d'une agriculture puissante ( à l'inverse des amériques ou de la chine).
tuons l'europe avant qu'elle nous tue.
mais jusqu'à quand ils vont nous la mettre.
les syndicaux agricoles, notre gouvernement acquiescent sans mot dire !
que cherchent ils?
sidérant
mais quand la pac apportera du bonheur.
ou alors que le prix du blé augmente puisque les charges augmentent

robin

C'est un comble !! l'UE va mettre des taxes pour aider les producteurs d'engrais (qui sont sans doute sur la paille !!! ) contre les distorsions de concurrence mais elle n'a , a aucun moment l'idée de taxer les productions agricole qui viennent d'Ukraine ou d'ailleur, car sans doute que les agriculteurs n'ont pas besoin de cela, ils sont trop riches !!!

oeil-pour oeil

Ca tombe bien , il y a justement des élections européennes dans quelques mois !
Merci l'Europe

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires