anonymous

Vendée - Intrusions : deux éleveurs de veaux victimes dans l’UCSEA de Saint-Fulgent – Les Essarts

Noëlla BOUGRET

Vendée - Intrusions : deux éleveurs de veaux victimes dans l’UCSEA de Saint-Fulgent – Les Essarts
Sylvain-Herbreteau-intrusion.jpg - © [SEP_CREDIT]

Sylvain Herbreteau, éleveur de veaux à Chavagnes-en-Paillers, a été victime d'une intrusion. Il témoigne.

  • Vous avez été victime d’une intrusion. Que s’est-il passé dans votre exploitation ?

La nuit du samedi 21 au dimanche 22 septembre, l’alarme de la ventilation de mon bâtiment veaux de boucherie s’est déclenchée, aux environs de 23h30. Je suis allé vérifier, et alors que j’entendais du bruit dans le bâtiment, en faisant le tour j’ai vu qu’une des tôles avait été enlevée. Deux hommes étaient parvenus à rentrer dans le bâtiment, vraisemblablement pour filmer. Ils sont sortis quand je suis arrivé ; je n’ai pas pu les poursuivre.

  • Que s’est-il passé par la suite ?

La gendarmerie n’a pas pu se déplacer tout de suite. Au final, ça sera très dur de retrouver ces deux individus parce qu’ils n’ont laissé que peu de traces. Mais ce n’était pas fini, puisque dès le mardi suivant, le 24 au soir, deux individus sont rentrés dans le bâtiment d’une collègue en veaux de boucherie à proximité, à Bazoges-en-Paillers. La gendarmerie est arrivée immédiatement à l’appel de ma collègue que j’avais rejoint sur place, et du réseau FDSEA/JA.

  • Quel est votre ressenti sur cette situation ?

Honnêtement, c’est dur de travailler dans ces conditions. On est tout le temps sous pression. Ils auraient pu tout filmer samedi soir, je n’avais rien à cacher, mon élevage est parfaitement en règle et je prends soin de mes animaux. Bien sûr il y la gendarmerie, il y a les dispositifs mis en place, mais malgré tout, c’est dur de se sentir en sécurité.
Recueillis par Vincent Dufau
 

La FDSEA 85 dénonce ces intrusions d’extrémistes anti-viande

Eric Coutand, secrétaire général du syndicat : « Mardi, nous étions en action pour le respect et le revenu des agriculteurs. J’en profite d’ailleurs pour féliciter les adhérents nombreux qui se sont mobilisés en tracteur et tous ceux qui se sont déplacés. Nous avons appris l’agression d’un éleveur dans son élevage, à Chavagnes-en-Paillers. Depuis, une éleveuse a aussi subit une intrusion d’extrémistes anti-viande. La FDSEA dénonce totalement ces actes, nous avons déjà interpellé le préfet pour que les services de la gendarmerie protègent les agriculteurs. J’invite chaque agriculteur à s’inscrire sur le site Alerte Agri 85, site que nous avons mis en place cet été et qui permet d’être prévenu rapidement par SMS en cas de délit (vol, intrusion…) commis à proximité de votre exploitation. »
Quoi faire en cas d’intrusion ?
« La réponse à cette question dépend des circonstances. En cas de simple intrusion, signaler les faits à sa compagnie d’assurance et déposer plainte sont les réflexes immédiats à avoir. Dans le cas de notre éleveur agressé, il s’agit d’abord de faire ce qu’on peut. Ces individus agissent de nuit, en quasi commandos, s’en prenant à un individu isolé et surpris. La prétendue défense de la cause animale est un prétexte à la commission d’agressions physiques intolérables. Nous leur suggérons d’enlever à leurs exactions quelques circonstances aggravantes. Qu’ils viennent par exemple de jour ! Ou bien qu’ils préviennent de leur visite ! Pour compléter leur formation en droit pénal, ils apprendront alors les bases de ce qu’est la légitime défense de la personne et des biens. Sur un ton moins polémique, ce type de situation se soldera également par un dépôt de plainte. Le réseau agricole local devra être averti et songera à s’organiser pour tenter d’éviter d’éventuelles récidives. »
Propos recueillis par Alexandre GUERINEAU et Philippe GAIGNET
 

Source Agri85

Publié par Noëlla BOUGRET

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires