L'Allemagne paye-t-elle mieux le lait que la France ?

Costie Pruilh

L'Allemagne paye-t-elle mieux le lait que la France ?
- © Christophe Reibel

Avec ses laits sous signe de qualité, la France tire un léger avantage. En conventionnel, l'Allemagne a peut-être un léger avantage.

On entend souvent dire que le lait de nos voisins allemands est mieux payé que le lait français. Qu'en est-il ? Étant donné que le prix allemand fluctue davantage que le prix français en fonction des marchés, il convient de regarder les écarts sur plusieurs années.

L'Institut de l'élevage suit le prix du lait standard (TB à 38, TP à 32) des deux pays depuis 2014. D'après ce graphique, le lait français serait plutôt mieux payé que le lait allemand : "environ 329 €/1 000 1 en France contre 307 € en Allemagne sur quatre ans, indique Gérard You, économiste à l'Institut de l'élevage. Mais cette comparaison est imparfaite car le prix du lait allemand est un prix conventionnel, et le prix français est un prix toutes filières confondues, y compris les laits bio et AOP (source FranceAgriMer). Pour autant, l'Allemagne a 3,6 % de sa collecte en bio, et très peu d'autres signes de qualité. Alors qu'en France, le bio et les signes de qualité représentent environ 19 % de la collecte nationale. Donc prendre en compte le bio dans le prix moyen allemand ne changerait pas beaucoup la donne."

Le prix allemand monte et descend plus fortement

On dispose d'une comparaison des prix conventionnels depuis que FranceAgriMer distingue le prix du lait conventionnel du prix biologique, donc depuis 2017. Le prix conventionnel français s'avère proche du prix allemand, sauf sur le deuxième semestre 2017 où il décroche. Les indicateurs publiés par le Cniel comprennent un prix du lait allemand conventionnel en base cumul 12 mois, et le même indicateur pour la France. Entre octobre 2017 et septembre 2018, le prix allemand (339,92 €/1 000 l) ressort supérieur au prix français (324,58 €).

Mais finalement ces comparaisons ne donnent pas le véritable écart entre les prix payés aux éleveurs, car le prix dépend aussi de la qualité du lait — et les laits allemands sont plus riches que les laits français —, et des divers compléments de prix et ristournes qui peuvent s'ajouter.

graphique

Source Réussir Lait

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires