Lait : 2018, une année en demi-teinte

PARIS Le réseau CERFRANCE

Lait : 2018, une année en demi-teinte

L’envolée du prix du beurre sur 2017, la reprise du marché chinois et l’embellie du prix du lait payé aux producteurs nourrissaient l’espoir d’un mieux pour 2018. C’était sans compter sur la réactivité de l’économie de marché à laquelle la France est confrontée avec 40 % de sa production exportée.

Lait : 2018, une année en demi-teinte

Zoom sur ces 7 premiers mois de l’année 2018 : 

Dans la plupart des grands pays laitiers exportateurs, une forte hausse de la production de janvier à juillet 2018 s’est vérifiée (+ 0.8 %/2017):

• Les USA poursuivent leur croissance: + 1.1 %

• L’Argentine relance sa production moribonde: + 6.8 %

• L’Australie n’est pas en reste: + 1.7 %

• L’Europe accompagne le mouvement: + 1.7 %

• La France enregistre une progression de sa collecte de 1.4 % sur ces 7 premiers mois 2018- 2017.

• Il aura fallu attendre août pour percevoir un début de fléchissement sur l’Australie, l’Irlande et les Pays-Bas.

• Seule la Nouvelle-Zélande marque une pause avec une stabilité de sa production.

Cette dynamique de production se juxtapose aux stocks présents de poudre de lait du début d’année (380000 t pour l’UE auxquels s’ajoutent les stocks US). Début novembre, les stocks européens de poudre de lait ont été diminués de moitié, sans impact sur les prix. Les adjudications de stocks publics ont été atones sur le 1er trimestre (10000 t) pour ne retrouver une dynamique qu’au 2e trimestre (90000 t) et sur août avec 31000 t mais à prix cassé (1230 €/T). Pour autant, avec cette dynamique de production, les stocks demeurent et sont estimés (publics et « stocks techniques » privés) à près de 400000 tonnes à fin juillet selon Atla Foods.

Lait : 2018, une année en demi-teinte

La reprise de la production, les stocks non résorbés, le marché intérieur récessif sur les produits frais, les difficultés conjoncturelles rencontrées sur l’export du lait infantile (salmonellose, Synutra…) sont autant de facteurs qui expliquent le reflux du prix du lait sur le 1er semestre 2018.

Des signaux plus porteurs pour cette fin d’année

Depuis août 2018, on assiste « à un fléchissement » de la production UE sous l’effet de la sécheresse qui touche l’Europe et manifeste déjà ses premiers effets sur certains bassins laitiers français. Le renchérissement du coût alimentaire et la gestion impérative des stocks fourragers devraient prolonger cette tendance sur l’automne. La décision de la Commission Européenne de passer à 2 adjudications par mois sur cette fin d’année est de nature à aider à la résorption des stocks de poudre. Malgré l’arrêt des publications par la Chine de ses volumes importés, ce marché ouvre plus largement ses portes à l’Europe par rétorsion à la guerre commerciale avec les USA. Les cours du beurre, bien qu’inférieurs à 2017, restent porteurs. Un frémissement à la hausse réapparaît pour la poudre de lait écrémé et le lactosérum. Le prix de vente sortie usine des produits laitiers s’oriente à la hausse depuis juin à l’exception du lait UHT. Des prémices plutôt porteuses pour cette fin d’année qui se traduisent déjà par une reprise des prix payés aux producteurs sur l’été. Les négociations entre transformateurs et OP pour le 4e trimestre 2018 sont déjà plus motivantes et permettent pour certaines d’entrevoir sur l’année 2018, un prix de base moyen de 320 € soit un prix payé pour les  producteurs de 335–340 €.

Lait : 2018, une année en demi-teinte

Quelles perspectives pour 2019 ?

Tous les producteurs, tous les transformateurs sont en quête d’une telle visibilité. Nous l’avons vu ci-dessus, la production laitière est très réactive dans un périmètre temps de 6-8 mois à l’échelle UE et des autres bassins exportateurs. 2019 n’échappera pas à la règle. L’année sera conditionnée par la production UE, l’export, l’écoulement du stock public (près de 250000 tonnes au 31 août 2018) actuel et la capacité du marché à digérer le déstockage. Le couple beurre-poudre en dépend et de là, une quote-part du prix payé aux producteurs. Les moindres réserves fourragères en Europe peuvent constituer une lueur d’espoir sur les volumes produits des 4 premiers mois 2019, une fenêtre de tir pour réduire les stocks de poudre sans effet déflationniste. Des démarches de segmentation encourageantes? Le lait de pâturage, sans OGM, bio… Elles ont pour but de diversifier l’offre consommateur et par-delà, différencier et protéger le marché intérieur, gisement de valeur ajoutée. Encourager et structurer ces initiatives, les encadrer par un contrat producteur et la démarche marketing produit sont un vecteur pour soutenir le prix du lait. Les premières initiatives ont été plébiscitées par les consommateurs. Des producteurs profiteront des fruits de cette segmentation sur 2019. 

L’enjeu des EGA

Le temps administratif (promulgation de la loi, ordonnance et autres textes d’application) ne joue guère en faveur d’un impact pour 2019 comme prévu. Les EGA n’encadreront que partiellement les négociations commerciales de début 2019 des filières. Deux premières mesures SRP (Seuil de Revente à Perte) et encadrement des promotions pourraient produire leurs effets. Plus incertain est l’effet ruissellement attendu sur les prix producteurs pour 2019. Pour autant, le débat suscite la prise de conscience et contribue à instaurer un cercle vertueux pour l’avenir. Reste qu’il faut d’abord créer de la valeur ajoutée avant de débattre de son partage. 

2019, une année 2018 bis?

Difficile d’affirmer une telle perspective, pour autant nombre de signaux sont reproduits: • un marché chinois présent mais opaque, • un marché intérieur mature voire récessif, qui demeurera encore concurrencé, • une production au rendez-vous, • des stocks de poudre encore élevés, • des négociations encore peu encadrées dans l’opérationnel, • des équilibres marchés précaires. Pour la troisième année consécutive, nombre d’indices précurseurs d’un prix payé aux producteurs similaire à 2017-2018 se reproduisent. Rester vigilant sur son coût de revient est le conseil à formuler dans ces scénarios, les quelques centimes de mieux perçus par les producteurs depuis juillet ne permettant pas de baisser la garde.

Lait : 2018, une année en demi-teinte

Quelles perspectives à plus long terme ? 

Le principal marché reste la Chine pour le lait infantile, source de valeur ajoutée mais ce marché est soumis aux vicissitudes et à l’opacité du gouvernement chinois. Les difficultés de Synutra sur son marché intérieur, les déboires de Fonterra avec son allié chinois démontrent la complexité et l’instabilité de cet export. Et pourtant, la France connaît un franc succès avec une croissance de son export 2017 de près de 210 % par rapport à 2016. Cet eldorado potentiel ne doit pas détourner le regard des autres marchés en expansion: l’Afrique, le Moyen-Orient, les autres pays d’Asie. Il en va de l’efficience et de la volonté de nos transformateurs de capter de tels débouchés pour maintenir cet export de 40 % et par suite les volumes produits en France. 

La France laitière dépendante de la dynamique de nos transformateurs

Enjeux sanitaires, traçabilité, éthique, innovation produit, constance de la qualité, compétitivité sont les impératifs pour être acteurs et participer à la croissance annuelle de 2 % du marché laitier. Plusieurs entreprises françaises sont dans le top 20 mondial avec des outils à l’étranger leur permettant de connaître les spécificités des marchés locaux. Plus que le savoir-faire déjà acquis, c’est la volonté économique et politique qui dessinera la place de la France. De là, se poursuivra l’émulation des producteurs français.

Article CERFRANCE - Veille Economique Agricole  : Novembre 2018 - Jean-Yves MORICE

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires