Lait : la Confédération paysanne porte plainte pour "extorsion" contre des industriels

Lait : la Confédération paysanne porte plainte pour "extorsion" contre des industriels

La Confédération paysanne des Côtes-d'Armor et du Finistère ont déposé plainte jeudi pour "extorsion" contre plusieurs industriels du lait que le syndicat accuse de ne pas acheter le lait à un prix correct aux producteurs.

"On estime qu'en moyenne, les coûts de production se situent autour de 350 euros pour 1.000 litres. Or, le lait est acheté par les industriels à un prix inférieur à 300 euros/1.000 l, parfois même à 270 euros", a expliqué Jean-Marc Thomas, porte-parole de la Confédération des Côtes d'Armor. "La détresse et le malaise qui règnent dans le monde paysan doivent être pris en considération", a-t-il dit. Une cinquantaine de producteurs se sont rendus en fin de matinée au palais de justice de Saint-Brieuc où ils ont été reçus par le procureur Bertrand Leclerc. Le magistrat doit maintenant examiner les plaintes et voir s'il y a matière à une infraction pénale.  

Dans le Finistère, une démarche similaire a été effectuée en début d'après-midi auprès du tribunal de Quimper. Dans les deux départements, quatre industriels sont visés par ces plaintes: Sodiaal, Lactalis, Triskalia et Even. Deux industriels supplémentaires font l'objet de plaintes dans le Finistère, la SILL et la CLAL. La Confédération paysanne porte plainte "contre ceux qui volent le revenu des paysans", écrit le syndicat dans un tract, ajoutant: "Au quotidien, la dignité des éleveurs est bafouée. Ils sont incapables de négocier le prix du lait face à des laiteries".   "La valeur ajoutée produite par les industriels n'est pas redistribuée de manière transparente aux éleveurs. La crise n'a pas été vécue de la même manière par tout le monde: les laiteries n'ont pas eu de difficultés financières majeures alors que de nombreux paysans sont aujourd'hui obligés d'emprunter pour payer leurs dettes", relève encore le syndicat.  

Au total, des plaintes du même type devaient être déposées ce jeudi dans neuf départements, selon M. Thomas. Elles font suite aux premières plaintes déposées en septembre dans plusieurs départements contre des laiteries ou des coopératives viticoles afin que le travail des paysans "soit reconnu et valorisé". Fin août, les éleveurs laitiers avaient fini par arracher une remontée du prix du lait fourni au groupe laitier Lactalis après près de deux semaines de manifestations contre le géant industriel.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires