anonymous

"Le prix du porc s’est maintenu au début du mois pour la première fois depuis longtemps"

Institut du Porc IFIP

"Le prix du porc s’est maintenu au début du mois pour la première fois depuis longtemps"
"Le prix du porc s’est maintenu au début du mois pour la première fois depuis longtemps"

La conjoncture a été contrastée en septembre. Le prix du porc s’est maintenu au début du mois, et pour la première fois depuis longtemps, la consommation des ménages a montré une nette progression, en conséquence d’une intensité promotionnelle renforcée en période de rentrée des classes. Cependant, le cours du porc a ensuite nettement reculé en fin de mois.

La découverte de sangliers atteints de PPA en Belgique (une trentaine de cas fin septembre) soulève également de grandes incertitudes. Plusieurs pays ont fermé leurs portes aux exportations belges. La présence de Peste Porcine Classique et Africaine dans plusieurs bassins mondiaux pourrait rebattre les cartes du commerce international. 

Au stade des matières premières, la compétitivité du maïs relativement au blé se renforce. L’aliment s’est renchéri au cours de l’été.

Dans un contexte de différenciation nécessaire, les produits sous Signe Officiel de Qualité, en progression en 2017, peuvent représenter des opportunités de valorisation pour les acteurs de la filière.

Vincent Legendre, Rédacteur en chef de Baromètre de porc de l'IFIP,  vincent.legendre@ifip.asso.fr

Pour en savoir + : abonnez-vous au mensuel économique sur la filière porcine (75€/an pour 11 numéros de 8 pages et 3 suppléments - version papier + électronique) :  cliquez ici (formulaire d'abonnement à compléter)

Supplément Marché de l'aliment (octobre 2018) : Après plusieurs années de baisse, le prix de l’aliment porc a affiché une hausse modérée depuis 1 an. Les récoltes céréalières ont repris du terrain en France et dans l’UE, après les difficultés de 2016. Les prix du blé ont fait du surplace, en moyenne. Le regain des exportations françaises de blé et d’orge a soutenu le marché en dépit d’une forte présence de la Russie. Le prix du maïs a reculé, sur fond de disponibilités mondiales satisfaisantes. En revanche, l’orge a été très ferme. Le prix du tourteau de soja s’est tassé sous l’effet d’une offre mondiale étoffée, malgré la contre-performance de l’Argentine. L’euro s’est apprécié vis-à-vis du dollar, mais la facture « pétrole » s’est renchérie. (4 pages distribué avec le numéro d'octobre de Baromètre Porc de l'IFIP)

Pour vous abonner ou vous réabonner à Baromètre Porc pour 2019, cliquez ici

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires