anonymous

Commerce international : la France souhaite une "exception alimentaire et agricole"

Pleinchamp avec l'AFP

Commerce international : la France souhaite une "exception alimentaire et agricole"
Image d'archive.

La France souhaite que l'Europe impose une "exception alimentaire et agricole" dans le commerce mondial pour les futurs traités de libre-échange, afin de sortir ces secteurs des guerres commerciales, affirme le ministre français de l'Agriculture Didier Guillaume.

"Le président de la République (Emmanuel Macron) a parlé d'exception alimentaire française la semaine dernière", lors de la remise des prix d'excellence du concours général agricole au ministère de l'Agriculture, a rapporté M. Guillaume à l'occasion de ses voeux à la presse à Paris le 23 janvier. "Il y a un conflit Boeing-Airbus (entre les Etats-Unis et l'Union européenne, NDLR), et on (les Etats-Unis) taxe le vin, l'huile et le fromage, c'est scandaleux", a lancé le ministre, estimant que l'Europe doit "travailler sur une exception alimentaire et agricole".

L'alimentation "ne peut pas être échangée dans le commerce mondial comme une simple marchandise", a-t-il souligné. "Echanger de l'alimentation contre des voitures et des avions, ça n'a aucun sens", a martelé M. Guillaume, souhaitant trouver "les moyens de sortir les produits agricoles et alimentaires des accords commerciaux et internationaux". "Est-ce que ce sera la même chose que l'exception culturelle européenne, on n'en sait rien", a ajouté M. Guillaume.

Le Ceta (accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada) est déjà entré en application, même s'il n'est pas encore ratifié, a-t-il rappelé. Quant à l'accord UE-Mercosur (Argentine-Brésil-Uruguay-Paraguay), il "ne sera pas signé", a réaffirmé le ministre. La France a obtenu cette semaine un répit de Washington, alors que les Etats-Unis menaçaient d'imposer une nouvelle salve de taxes douanières punitives contre des produits agricoles et viticoles, si Paris appliquait unilatéralement une taxe sur les géants du numérique. Mais une grande partie de la viticulture française subit depuis le 18 octobre une taxe douanière américaine de 25% dans le cadre du conflit commercial Airbus-Boeing.

Sur le même sujet

Commentaires 7

réflexion

Quelque chose de censé de la part d'un politique, c'est rare. Mais il faudrait revenir sur les anciens accords notamment celui de la protéine. Les américains se gardent ce marché et nous importons du soja "américain" qui est OGM. De ce fait nous sommes totalement dépendant de ce marché, contrairement à ce que j'ai entendu sur une radio: d'après celle-ci il fallait manger moins de viande parce que les animaux étaient nourris avec du soja OGM tandis que le soja consommé par les humains était non OGM et produit en Europe. Il faut absolument dire les vérités et punir ce qui est totalement faux et non vérifié. L'endoctrinement et le lavage de cerveau de la part des médias deviennent insupportables.

Nico

Il serait peut être temps d'allier les actes aux paroles.... ça changerai !

badlnpn

Le commerce mondial entre pressions et chantages, ou le plus puissant montre les muscles et dicte ses volontés même s'il est de mauvaise foi. Alors nos politiques franco-européens font carpette, enclenchent systématiquement la marche arrière et jouent les victimes indignées, pas besoin de deviner qui est le dindon de la farce: l' agriculture et ses produits de qualité , bakchich forcé de la paix commerciale.

Panurge79

Il est très fort, il veut encore nous faire avaler une couleuvre ! L'exception agricole française, qui va avaler ça dans les négociations internationales ? Les français, catalogués déjà comme prétentieux, vont se faire remettre à leur place à la première occasion par Trump ou d'autres, même nos voisins européens. Et nous, en attendant, on nous aura fait marcher sur la tête pour devenir "exceptionnel ", et tout ça pour des revenus de misère et qui baissent tout le temps. Va à Biarritz et restes-y ! Biarritz, votez pour lui surtout !

PàgraT

Attendons de voir qu'ils passent des paroles aux actes car pour le moment l'exception agriculturelle consiste à taper sur les paysans français et favoriser les autres !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier