anonymous

Performance Pulvé : sept premiers pulvérisateurs viticoles certifiés

Raphaël Lecocq

Performance Pulvé : sept premiers pulvérisateurs viticoles certifiés
Bobard

La certification officielle discrimine la qualité de pulvérisation sur une échelle de 1 à 7. Quatre des sept appareils certifiés héritent de la classe 1, la plus performante. Seize autres pulvérisateurs seront prochainement certifiés.

L’Arcobaleno de Bertoni (avec panneaux récupérateurs pour vignes larges), les Drift Recovery 1500 et 2000 de Friuli (avec panneaux récupérateurs pour vignes larges), le Precijet VitiVario de Tecnoma (face par face pour vignes étroites) : tels sont les quatre pulvérisateurs crédités de la classe 1 par le tout nouveau dispositif de certification des pulvérisateurs viticoles. Deux autres appareils héritent de la classe 2 (Polyjet de Bobard et Precijet Millésime de Tecnoma) tandis que le Boom’Air Viti de Vermande hérite de la classe 3.

Performance Pulvé : sept premiers pulvérisateurs viticoles certifiés

Mêmes dépôts, -50% de produit

La classe de performance, comprise entre 1 et 7, donne une vision globale en termes de qualité de pulvérisation et de potentiel d’économie en produits phytosanitaires. Pour jauger ce niveau d’économie, il faut se référer à une seconde notation, constituée de quatre lettres (A+, A, B et C), s’appliquant à trois stades végétatifs s’agissant des appareils pour vignes larges et à deux stades pour les appareils pour vignes étroites. La classe A+ autorise une réduction de la dose d’emploi de 50 % tout en assurant une couverture sur feuille équivalente à la classe B, la classe A autorisant une réduction de 30% par rapport à la classe B. La classe B correspond aux pulvérisateurs à voûte pneumatique, lesquels représentent environ les deux tiers du parc français et qui font à ce titre office d’étalon. La classification est assortie de conseils de réglage propres à chaque appareil.

Performance Pulvé : sept premiers pulvérisateurs viticoles certifiés

Démarche volontaire, experts indépendants

Porté par l’IFV et l’Inrae, le dispositif Performance Pulvé (dénommé LabelPulvé pendant la phase préparatoire) a pour objectif d’orienter les investissements vers les appareils les plus performants du marché, que les constructeurs auront, sur la base du volontariat, accepté de soumettre au banc d’essai EvaSprayViti, le juge de paix en matière d’évaluation. La certification relève d’une démarche volontaire pour les constructeurs. Elle peut emprunter deux voies : individuelle ou par typologie. Les dossiers de demande sont examinés par une commission technique dédiée, constituée d’experts indépendants, issus du réseau des Chambres d’agriculture des différents bassins viticoles ainsi que Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC). La procédure d’examen est régie par la charte Performance Pulvé impliquant de très nombreux acteurs institutionnels (DGAL, DGPE, Chambres départementales d’agriculture, CIVC, Axema, FAM, OFB, UIPP, APCA, INAO, Conseils Régionaux).

Performance Pulvé : sept premiers pulvérisateurs viticoles certifiés

Site internet à venir

La labellisation devrait servir de fléchage aux subventions pouvant être attribuées dans le cadre du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE), mobilisant des financements du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), du ministère de l’Agriculture et des Régions. Depuis 2018, le PCAE est intégré aux outils de financement du volet agricole du Grand plan d'investissement.

Courant 2020, un site internet dédié recensera l’ensemble des pulvérisateurs certifiés.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier