Vendanges 2018 : la France fait le plein de raisins malgré le mildiou et la sécheresse

Sophie Caron

Vendanges 2018 :  la France fait le plein de raisins malgré le mildiou et la sécheresse

Selon les dernières estimations (Agreste 1er octobre 2018), la production viticole française s’élèverait en 2018 à 46,7 Mhl, soit un niveau supérieur de 27% à 2017 et de 6% à la moyenne des cinq dernières années. Les vendanges sont quasiment achevées dans toutes les régions viticoles et ont globalement été peu affectées par la sécheresse. Les situations demeurent toutefois très hétérogènes dans certains secteurs du fait des attaques sévères de mildiou.

Même si une prévision est toujours à prendre avec beaucoup de précautions une chose est acquise : 2018 sera un bien meilleur cru que 2017 en termes de production viticole et la France devrait revenir à une vendange moyenne autour de 46,7 Mhl. Un niveau revu à la hausse (46,1 Mhl prévu en aout 2018) en raison de précipitations favorables notamment dans le Val de Loire fin août et d'une meilleure appréciation des pertes de production suite à la sécheresse et surtout au mildiou.

Capture d’écran 2018-10-23 à 09.06.48

La Champagne fait le plein, le Jura bat des records

Certes, comme souvent, toutes les régions viticoles ne sont pas logées à la même enseigne. C’est en Champagne que la vendange s’avère la plus abondante avec une production supérieure à 56% par rapport à celle de l’an passé, mais surtout de 39% par rapport à la moyenne quinquennale. Une récolte largement suffisante pour atteindre les rendements butoirs et reconstituer la réserve climatique.

Même satisfecit en Alsace, où la sécheresse n’aurait eu que des effets localisés, notamment sur certains cépages comme le Gewurztraminer. La production serait là encore nettement supérieure à celle de 2017, fortement touchée par le gel, et au-dessus de la moyenne sur 5 ans. Mais c’est dans le Jura que les records de hausse seront atteints avec un volume supérieur de 66% à la moyenne quinquennale et 2,5 fois plus élevé que celui de la vendange 2017.

En Bourgogne et Beaujolais, malgré les craintes, les récoltes n’auraient pas été amoindries par la sécheresse et la production. Revue à la hausse, elles devraient atteindre 2,6 Mhl soit 21% de plus que l’année 2017, qui, rappelons-le avait déjà été satisfaisante, contrairement aux autres bassins viticoles.

Dans le Val de Loire, les précipitations de fin août ont redonné le sourire aux vignerons qui s’attendent, malgré des pertes locales dues au mildiou, à une bonne récolte 2018.

Estimation

Des attaques de mildiou localement très virulentes 

La situation a été beaucoup plus compliquée dans les bassins de la façade atlantique et surtout de la Méditerranée, où les attaques de mildiou ont été très virulentes et ont entraîné localement des pertes importantes. Dans certains secteurs les vignerons n’ont pas eu de répit une grande partie de la saison, une situation encore plus complexe pour les viticulteurs en agriculture biologique.

Dans le Bordelais, même si la vendange sera nettement supérieure à celle de 2018, très affectée par le gel, les rendements sont très hétérogènes. En Languedoc-Roussillon, les dégâts consécutifs au mildiou sont là aussi très variables selon les secteurs. Dans ceux ayant échappés à la grêle et au mildiou, les rendements dépassent toutefois les prévisions. Globalement la production renouera donc avec un niveau proche de la moyenne, après une récolte 2017 réduite.

Même hétérogénéité dans le Sud-Est qui est la seule région viticole, avec la Corse, qui risque de rentrer une vendange bien en deçà de la moyenne quinquennale. Le Var et le Vaucluse ont particulièrement été affectés par la pression de mildiou. En Corse, c’est étonnement la pluie qui est venue jouer les troubles fêtes pendant la vendange, obligeant à effectuer des tris. En conséquence, la production est révisée à la baisse depuis août.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires