Réaliser son projet d'énergies renouvelables (ENR)

Partie 6/6

Sensibiliser pour l'appropriation locale du projet

Certaines énergies renouvelables sont encore peu connues des Français et génèrent des interrogations de la part des habitants du territoire.

Témoignage appropriation locale du projet

« Comment anticiper la concertation en amont pour faciliter l’appropriation locale de mon projet ? »

Témoignage de Vanessa et David PAILLAT, agriculteurs-méthaniseurs associés de DEMETER ENERGIES 

« Quand on a changé notre canapé, on n’a pas demandé à notre voisin son avis sur la couleur ! » En effet, Vanessa n’a pas compris lorsque son mari David, lui a proposé d’engager une démarche de concertation autour du projet de méthanisation. David et ses associés, éleveurs de vaches laitières en Sud Deux-Sèvres, entreprennent de développer un projet de méthanisation avec 11 exploitations voisines. David rencontre l’IFREE qui propose d’engager une démarche de concertation.

Méthanisation et Dialogue territorial © : rencontre avec des agriculteurs ©CERDD

En savoir plus. 

Pourquoi ? Concertation + dialogue = confiance

Au démarrage d’un projet, la majorité des agriculteurs ne voient pas la nécessité de communiquer. Mais c’est une des clés de la réussite d’un projet. En effet, la concertation permet d’intégrer les oppositions, d’engager le dialogue et donc de créer un climat de confiance. 

Accompagnement IFREE
Accompagnement IFREE

Quand ? Le plus tôt possible ! Quand tout va bien = confiance

« Notre communauté de Communes nous a incité à la prévention par la pédagogie », raconte David. Par contre il faut bien réfléchir à comment informer ? Comment dialoguer ? 

Comment ? Analyser + informer et dialoguer

Il faut être honnête et cohérent dans l’information : simplement « dire ce que l’on va faire et faire ce que l’on dit ». Il faut : analyser le contexte : enjeux du territoire / parties prenantes (leviers et freins ; si les parties prenantes ne sont pas identifiées, pas écoutées : mobilisation négative), sans oublier d’informer et dialoguer.

Chaque moyen doit être adapté au contexte du projet. Plusieurs possibilités : porte à porte, comité de concertation, réunion structurée, outils web, accueil sur sites, etc. 

Pour David « les réunions de concertation autour de notre projet ont permis de dégager 7 axes d’amélioration (le préalable était qu’ils soient réalistes techniquement et économiquement) dont le financement participatif. La restitution de la démarche de concertation a été réalisée par le comité de concertation composé d’habitants du village »

1ère partie : faire de la pédagogie en deux temps : sur l’ENR puis sur le projet

Si une réunion publique devait avoir lieu, il faut l’organiser en deux temps : le premier avec une association qui vient présenter la méthanisation et le deuxième où le porteur de projet présente lui-même son projet. Il est conseillé de se rapprocher des élus locaux. 

Il est important d'intégrer que la plupart des gens ne connaissent pas bien la méthanisation. En conséquence,  il faut prendre le temps d’expliquer simplement autour d’une maquette, d’un schéma simple ou lors d’une visite d’unité : « Qu’est-ce que la méthanisation ? ». 

Dans un second temps il faut valoriser l’aspect positif du projet.  Alors que pour le porteur de projet, ce projet privé est vertueux, il s’inscrit logiquement dans la continuité de l’exploitation en lien avec les exploitations voisines avec lesquelles il est fréquent de travailler en CUMA, il permet la mise aux normes des exploitations, la diversification des revenus et la résilience des exploitations. Il faut expliquer aux élus, voisins, et autres, en quoi « ce projet est positif pour le territoire (électricité et chaleur vertes ou gaz vert, réductions odeurs à l’épandage, …) ».

Photo des associés du projet

2ème partie : autodiagnostic du projet et du territoire pour l’appropriation locale

Comment s’y prendre pour engager la concertation ? 

« Je suis administratrice de Vienne Agri Métha et m’y implique dans le Groupe de Travail « concertation - appropriation locale ». En 2019, Vienne Agri Métha a réalisé en partenariat avec DEMOS un questionnaire comprenant 53 questions à se poser permettant au porteur de projet de faire un Autodiagnostic (ANALYSER) de son PROJET et de son TERRITOIRE afin qu’il se prépare à INFORMER et DIALOGUER son voisinage et ainsi créer un climat de confiance autour de son projet ». 

3ème partie : ouvrir les portes, une nécessaire montée en puissance sur la communication

Comment réagir face aux voisins qui craignent les nuisances potentielles : odeurs, trafic routier, pratiques agronomiques,… ?

« Après 3 week-end de portes ouvertes au printemps 2019, comme beaucoup de collègues agriculteurs-méthaniseurs AAMF, nous organisons plus d’une visite par semaine sur notre unité de méthanisation pour des voisins, professionnels et aussi pour des opposants d’autres projets de méthanisation. Ce temps d’échange et de présentation de notre métier est essentiel ». Au final, les gens repartent avec l’idée d’un projet de développement durable qui a un bilan positif sur l'écologie :

  • Énergies vertes (méthanisation, PV...)
  • Valorisation de la thermie
  • Pratiques agricoles bas carbone (baisse CH4)
  • Rendre un service à son territoire, ancrage du projet dans la collectivité
  • Ne pas créer de nuisances et les maîtriser, …

Je suis adhérente de l’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France (AAMF) et m’implique dans le Groupe de travail « communication externe ». Plusieurs adhérents AAMF ouvriront leurs portes au grand public les 19-20 septembre à l’occasion des journées du Patrimoine. Gagner la confiance avec sincérité et transparence. Les porteurs de projet ont des leviers pour communiquer positivement sur toutes les externalités positives … 

« Dire ce que l’on fait et faire ce que l’on a dit », la boucle est bouclée !