Réaliser son projet d'énergies renouvelables (ENR)

Partie 3/6

Zoom sur la méthanisation

Utiliser les déchets pour produire de l’énergie : la méthanisation est un procédé mature mais encore assez peu développé en France, contrairement à nos voisins européens (Italie, Danemark…), qui comptent chacun plusieurs milliers d’unités de méthanisation en fonctionnement.

Qu'est-ce que la méthanisation agricole ? 

La méthanisation permet de produire un biogaz issu de la fermentation des déchets, des effluents d’élevages, des résidus de cultures... Ce gaz est utilisé pour produire de la chaleur et de l’électricité (cogénérateur), du biométhane (injection dans les réseaux de gaz) et du carburant pour les véhicules (BioGNV). Cette technologie contribue à réduire la dépendance énergétique de la France et à atteindre ses objectifs de développement des énergies renouvelables. C'est aussi une véritable opportunité au niveau local, notamment pour les agriculteurs ou les collectivités. 

La méthanisation agricole, ©AAMF, Chambres d'Agricultures, FNSEA, GRDF et GRTgaz.

Comment se lancer ? 

A toutes les étapes, les porteurs de projet doivent continuer à s’informer et à visiter d’autres unités de méthanisation pour bénéficier de retours d’expérience. Les agriculteurs des AAMF partagent volontiers la réalité de ce nouveau métier (économique, technique, vécu du quotidien et des astreintes, …), leurs bonnes et mauvaises expériences, l’actualité de la filière, pour que les porteurs de projet puissent faire leurs choix en connaissance de cause ; adaptés à leurs aspirations et au contexte de leur exploitation.

Méthanisation : les démarches à engager

Quelques exemples de projets en chiffres : 

Projet de méthanisation

L’obtention du financement du projet nécessite de constituer un dossier détaillé et documenté : 

Les questions pour un projet réussi

En savoir plus : cliquez ici.

Dépenses et recettes

La rentabilité se mesure pour l’agriculteur à la fois par les revenus du projet après remboursement des emprunts et par les externalités positives (économie d’engrais, utilisation de chaleur pour l’exploitation, valorisation des coproduits agricoles, amélioration de la valeur agronomique des sols, réduction des odeurs d’où amélioration des relations avec le voisinage…). La méthanisation interagit avec la ou les exploitations et induit toujours des changements dans les systèmes d’exploitation. 

Les conseils de l'assureur :

Au moment de la phase d’exploitation, les principaux risques constatés sur une unité de méthanisation sont les suivants :

  • incendies, les explosions, les bris et pertes d’exploitation consécutives
  • risques d’asphyxie et intoxications au gaz
  • dommages causés aux tiers : les atteintes à l’environnement
  • risques juridiques
  • risques suite à une faute du dirigeant.

Face à ces risques, voici les conseils de l'assureur : 

  • surveiller en permanence les alarmes et détecteurs des paramètres sensibles selon les instructions du constructeur
  • réaliser la vérification électrique Q18 et thermographie infrarouge Q19 (annuel) , ainsi que d’avoir des dispositifs antifoudre
  • posséder des extincteurs adaptés aux risques et former le personnel du site à l’utilisation des extincteurs.
  • nettoyer et garder le site propre
  • mettre en place un plan de maintenance préventive 
  • respecter la réglementation ICPE (étude d'impact, sol, seuils de la nomenclature ; obligations d’employeur vis-à-vis de la sécurité des employés)
  • avoir des dispositifs de rétention pour respecter l’environnement.