Grippe aviaire : de nouveaux dépeuplements préventifs ont été ordonnés dans les zones infectées

Face à l’instabilité des zones atteintes par l’épizootie d’influenza H5N1, le ministère de l’agriculture (DGAL) a décrété cette semaine le dépeuplement préventif dans les deux clusters géants où elle sévit.

Compte tenu de la situation sanitaire très évolutive dans le second cluster du Grand ouest (Deux-Sèvres, Loire-Atlantique, Maine et Loire, Vendée) et dans le troisième cluster englobant les départements de Corrèze, Dordogne, Haute-Vienne, Lot et Lot-et-Garonne, la DGAL a décidé en début de semaine de renforcer les mesures de lutte contre la propagation des virus H5N1.

 

Mesures prises dans le Grand ouest

 

La zone réglementée grand ouest remplit presque tous les départements impactés
© Préfecture de Vendée

Tous les élevages de palmipèdes et de dindes doivent être dépeuplés dans les zones réglementées, en privilégiant la valorisation commerciale des volailles. Les abattages commencent par les zones périphériques pour aller progressivement vers les secteurs les plus contaminés. Il restait environ 150 000 canards et 100 000 dindes sur pied. L’opération devrait donc être rapidement menée.

Tous les élevages (poules pondeuses comprises) sont à dépeupler dans un rayon de 3 km autour des sites sensibles et de 5 km autour des très sensibles, correspondant à des couvoirs et des élevages de reproducteurs. Dans ce cas, les abattages se pratiquent du plus proche du site au plus éloigné.

Tous les lots sont l’objet d’une recherche virologique (60 écouvillons trachéaux) 48 au plus avant mouvement vers l’abattage pour les valorisables ou au moment de l’euthanasie sur place pour les non valorisables.

La DGAL alerte sur la vigilance à tenir sur la gestion des émissions de poussières et plumes au cours de ces opérations.

Dans le cluster Corrèze/Dordogne/Haute-Vienne/Lot/Lot-et-Garonne

 

Zones réglementées au 13 avril
© DGAL

La ZR est étendue à 20 km autour des foyers de moins de 21 jours, avec l’abattage préventif des élevages commerciaux de volailles dans le rayon du kilomètre et des palmipèdes commerciaux dans les 3 km (en Dordogne 5 km pour ceux en élevage, voire 10 km). Toujours en essayant de valoriser les animaux à abattre.

Un dépeuplement préventif peut être réalisé dans les 3 km autour de sites sensibles identifiés par les professionnels.

Dans cette ZR supplémentaire (ZRS), les mouvements sont bloqués pendant au moins 8 jours et des autocontrôles analytiques sont réalisés dans les élevages et salles d’engraissement de palmipèdes restants. Des dérogations peuvent être accordées, sous conditions strictes et après accord des DDPP.

En Dordogne, l’arrêté préfectoral pris le 20 avril précise que « par dérogation, dans une zone de 3 à 10 km autour d’un foyer déclaré, les élevages autarciques assurant l’élevage, le gavage et l’abattage de palmipèdes sur le site d’exploitation, ne font pas l’objet d’abattage préventif, dès lors que les animaux restent sur le site ». Ces dérogations ont été négociées mardi 19 avril par les professionnels et la Chambre d’agriculture de la Dordogne pour permettre aux éleveurs en circuits courts de « faire leurs stocks » tout en participant au vide sanitaire.