anonymous

L'agriculture de conservation des sols pourra continuer à utiliser du glyphosate, selon Didier Guillaume

Pleinchamp avec l'AFP

Image d'archive.

Les agriculteurs pratiquant l'agriculture de conservation des sols pourront continuer d'utiliser le glyphosate malgré l'interdiction en 2021, a indiqué le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, le 21 février sur LCI.

"Ma position est claire : on va continuer l'agriculture de conservation des sols avec du glyphosate" a dit le ministre. "S'il n'y a pas de glyphosate", l'agriculture de conservation des sols, "pratique agroécologique vertueuse", ne "peut pas se faire", a jugé le ministre. L'agriculture de conservation des sols est une pratique agronomique qui supprime le labour afin de  préserver la vie biologique des sols et lutter contre l'érosion. Elle parie notamment sur les couverts végétaux qui jouent à la fois un rôle d'engrais vert, afin d'apporter de l'azote via les racines des végétaux et de réduire le recours aux engrais chimiques, et un rôle de pompe à gaz carbonique, via la photosynthèse des plantes.

Un litre par hectare

"Si on veut protéger les sols, garder le carbone dans les sols et lutter contre le réchauffement climatique, il faut des couvertures de sol, il faut arrêter ces grands champs labourés vides pour capter l'azote, le carbone", a expliqué le ministre. "Il faut une couverture des sols, c'est reconnu dans la transition agroécologique, pour faire cela, il y a besoin de glyphosate, je crois que c'est 1 litre par hectare", afin de désherber les champs non labourés une fois par an avant de semer de nouvelles cultures.

Réduction importante des quantités

Dans une  interview à la presse quotidienne régionale vendredi, le président de la République Emmanuel Macron cite aussi l'agriculture de conservation des sols comme possible exemption à l'interdiction du glyphosate en 2021, un objectif qui "n'est pas tenable sur la totalité des exploitations". "Sur la base des travaux déjà réalisés, il est possible d'envisager une réduction très importante des quantités utilisables en viticulture ou en arboriculture, nous aurons prochainement les éléments pour les grandes cultures", indique le président. "Les impasses identifiées par l'Inra en 2017 devront être prises en compte : terrains non mécanisables, agriculture de conservation des sols, cultures légumières sous contrat", a-t-il aussi dit.

Sur le même sujet

Commentaires 32

l'utopiste

Nous n'avons, décidément ,pas fini d'être infantilisés ! Pauvre ministre,toujours à la botte de la pétrochimie !.
Comment arriver à suivre son propos ? : il faut supprimer le glyphosate ( sous entendu,ses effets toxiques ).........
,mais le garder pour" conserver" les sols ( tant pis si l'on tue les hommes ?) quelle conservation ???C'est un comble !!!,On frôle la démence !!!
Que pouvoir espérer de tels énergumènes qui prétendent nous conduire ???
Même ce coronavirus n'aura pas suscité plus de réfléxion. Le monde " d'après" qui s'annonce sera biien la continuité de celui " d'avant "
Attention car l'horizon se bouche dangereusement et l'avenir de plus en plus incertain......
On nous annonce une poussée "verte "en France....,mais l'argent est toujours au pouvoir !
Que restera t'il à faire ? Si pas d'évolution ,tôt ou tard c'est toujours la révolution .......
Faudra t'il en arriver là ??????

Baba (suite)

Quand je vois des parcelles cultivées en bio où la récolte de rumex, chardons et coquelicots sera supérieure au blé et que d'années en années, ces mauvaises herbes se multiplient, je me pose des questions sur la viabilité d'un tel système le jour où il n'y aura plus de subventions pour le maintenir.

Baba

Désolé BANANE 831, le glypho m'a permis de nettoyer mes terres, Le liseron, les rumex, les chardons,et autres adventices ont disparu en quelques années. Les terres sont propres et les récoltes n'en sont que meilleures. C'est tellement vrai que j'utilise de moins en moins de glypho, car quand les terres sont propres, il n'y a pas lieu d'en utiliser.Mon objectif est de maintenir les terrains propres et donc utiliser le glypho tous les 4 ou 5 ans pour contrôler le salissement des parcelles.

BANANE381

Décidément du n'importe quoi ! le glypho est une facilité d'exploitation qui remplit les poches du lobby Monsanto- Bayer ni plus ni moins, la continuité de son usage tue nos sols et à la dose de 1 litre par hectare va favoriser les résistances, le bon sens me dit qu'un jour proche il faudra trouver une autre solution, nous savons tous que les études faites au sujet du glyphosate sont tronquées, avant l'arrivée du glypho les terres étaient moins infestées d'adventices qu'aujourd'hui et notre revenu était plus élevé, nous sommes bien les dindons de la farce, vous croyez pas!!!

gégé 17

les régimes spéciaux comme dit toto,le glypho pour certains et les autres auront droit aux flics s'ils glyphotent toujours des passe droits dans ce pays des droits de l'homme.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires