anonymous

La Cour des comptes veut "rapprocher" la MSA du régime général

Pleinchamp avec l'AFP

La Cour des comptes veut "rapprocher" la MSA du régime général

La Mutualité sociale agricole (MSA) est "en déclin structurel" et sa gestion est "insuffisamment performante", estime la Cour des comptes dans un rapport publié le 26 mai, qui recommande des "rapprochements" avec le régime général de la Sécurité sociale.

Créée en 1930 dans une France encore majoritairement paysanne, la MSA fait office de "guichet unique" de la protection sociale agricole (maladie, maternité, famille, vieillesse, accidents du travail). Mais avec moins de 500.000 chefs d'exploitation et 700.000 salariés fin 2018, le régime dépend aux deux-tiers de la "solidarité nationale" (18 milliards d'euros transférés par les autres caisses de Sécu) et "ses spécificités perdent de leur substance", considère la Cour des comptes.

D'autant plus que les 35 caisses locales et leurs 15.300 agents (équivalents temps plein) affichent "des résultats très inégaux et souvent insatisfaisants", notamment pour le recouvrement des cotisations et la liquidation des pensions de retraite. De plus, "la gouvernance actuelle de la MSA apparaît comme un frein face aux transformations nécessaires", d'autant plus que "la prévention des conflits d'intérêts (...) comporte d'importantes marges de progrès", estime la Cour.

La Cour suggère de s'inspirer des autres caisses de Sécu, avec une représentation paritaire des employeurs et des salariés, et davantage de pouvoir pour le directeur de la caisse nationale (CCMSA). Elle encourage par ailleurs les "rapprochements opérationnels" avec le régime général, à commencer par les systèmes d'information, dans le cadre de la prochaine convention d'objectifs et de gestion avec l'Etat, qui débutera en 2021.

Une "intégration rapide" de la MSA n'est en revanche "pas envisageable", la Sécu étant déjà occupée à digérer l'ancien régime des travailleurs indépendants (RSI), sans compter les "oppositions qui pourraient se manifester" dans le monde agricole, estime la Cour.

Pour son directeur général, François-Emmanuel Blanc, la MSA n'est "pas du tout en déclin structurel" car elle contribue au "projet stratégique agricole français" en "prenant soin" de ceux dont dépend l'"autosuffisance alimentaire du pays". "Ce n'est pas le moment de laisser tomber les exploitants et les salariés agricoles même s'ils sont moins nombreux", a-t-il estimé auprès de l'AFP.

M. Blanc concède des "progrès à faire" sur les coûts de gestion mais juge nécessaire de préserver les services de proximité "au moment où on veut réparer la cohésion sociale et territoriale" après la crise des "gilets jaunes". "Aménager, faire des efforts, optimiser bien sûr, mais maintenir la présence territoriale, c'est fondamental pour la MSA", a-t-il insisté.

Sur le même sujet

Commentaires 9

Godart Julien

Enfin une mesure de bonne gestion. Les agriculteurs sont des chefs d'entreprise comme les autres et n'ont plus besoin d'un régime social d'un autre temps et coûteux en frais de gestion.

Panurge79

Quand on voit le montant des retraites versé par la MSA en comparaison du régime général, on a envie de les voir fusionner. Mais tout a été fait pour ça, le principe des retraites est que la génération des enfants cotise pour celle des parents, or les caisses avec des générations jeunes vivent dans l'abondance pendant les caisses avec des générations vieillissantes sont déficitaires car les compensations entre caisses insuffisantes. Des enfants d'agriculteurs travaillent dans l'aéronautique mais ne cotisent pratiquement pas pour leurs parents. Est-ce que ça changera après ?

le goulot

Pour défendre un système il faut le connaitre .Tout a été fait pour nous éloigner de la msa,plus d'interlocuteurs dediés,plus un chat à l'acceuil,on se demande où sont les gens qui travaillent,des accueils téléphoniques qui vous passent un salarié qui ne se présente pas et répond vaguement à vos problèmes d'embauche ou d'erreurs de cotisations et que vous ne pourrez plus joindre la fois suivante.Notre attachement à un tel organisme s'est effiloché avec le temps et les effectifs à gérer diminuant année après année font que préserver cet organisme ne me semble plus indispensable ...un peu comme la poste.Tout ceux ( les salariés de la msa)qui travaillent sur ce marché déclinant doivent se poser des questions et réfléchir à l'avenir

Baba

Je serais d'accord avec l'UTOPISTE sur le fait que chaque citoyen ayant travaillé et cotisé pendant sa vie active soit 170 trimestre ait droit à la même retraite. Qu'on soit cheminot, conducteur poids lourd, avocat, artisan commerçant,agriculteur, fonctionnaire,enseignant, nous avons besoin les uns des autres.Donc pourquoi une différence ?
Secundo, arrivé à 65 ans, normalement, les enfants sont élevés donc pas besoin d'un revenu
extraordinaire pour vivre. Un minimum de 1400à 1500 euros/mois ferait peut-être grincer les dents à certains, mais pour beaucoup soulagerait leur vie de retraité. Par ailleurs, si la FRATERNITE de nos mairies a encore un sens, l'unité du pays y gagnerait énormément.
Mais comme l' UTOPISTE.j'ai peut-être un coinde rêves dans ma tête.

MANOIR884

Si les agriculteurs avaient rejoint le régime général à la fin des années 40, au lieu de faire bande à part sous prétexte qu'ils représentaient 40% de la population, aujourd'hui nous aurions des retraites plus décentes que nos pensions de misère.Quand on a besoin de 18 milliards pour équilibrer les comptes (aujourd'hui,demain ce sera beaucoup plus),il faut savoir se la jouer cool.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires