anonymous

La prévention du suicide agricole à l'ordre du jour du gouvernement

Pleinchamp avec l'AFP

La prévention du suicide agricole à l'ordre du jour du gouvernement

Le gouvernement a confié au député LREM du Lot-et-Garonne Olivier Damaisin de faire l'état des lieux du mal-être paysan et de proposer des pistes de prévention au suicide agricole, a indiqué le président de la Mutualité sociale agricole (MSA), Pascal Cormery, au salon de l'agriculture samedi 22 février.

"Je vais auditionner les syndicats agricoles, la MSA et des familles impactées", a expliqué à l'AFP M. Damaisin, présent au Salon. Dans une tribune dont il a confié le texte à l'AFP, il s'inquiète de la "pression inédite" qui semble "s'accroître sur les agriculteurs depuis les années 1990". "Je devrais rendre un rapport dans six mois au Premier ministre, ainsi qu'au ministre de l'Agriculture et à celui de la Santé" a-t-il ajouté. Selon Emmanuel Macron, "le manque de revenus et le manque de perspectives" peuvent expliquer une partie du grand malaise ressenti dans les campagnes. Les chiffres les plus récents de la MSA montrent qu'il y a eu 372 suicides de paysans en 2015, année de crise dans le secteur laitier, contre 150 cas en moyenne par an entre 2007 et 2011.

Lors de son passage sur le stand de la MSA, le président de la République a longuement évoqué le sujet, notamment avec le cinéaste Edouard Bergeon, réalisateur du film "Au nom de la terre", avec Guillaume Canet, qui relatait le suicide d'un agriculteur. Le président a félicité Edouard Bergeon pour son film qui a battu des records de fréquentation, attirant plus de deux millions de spectateurs en France depuis septembre 2019. "C'est magnifique, c'est un des films qui m'a le plus marqué" a dit M. Macron à Edouard Bergeon.

Le réalisateur en a profité pour attirer l'attention du président sur deux sujets connexes. Brandissant son téléphone, il lui a montré que les relevés bancaires reçus par un agriculteur en difficulté portaient la mention "redressement judiciaire" à même l'enveloppe. "La stigmatisation est énorme, c'est le facteur qui distribue dans un environnement où tout se sait dans les campagnes" a dénoncé le cinéaste. Deuxièmement, il a sollicité pour l'association Solidarité Paysans, qui assiste les agriculteurs en détresse financière, matérielle et/ou morale, une reconnaissance d'association d'utilité publique. Après avoir demandé combien de bénévoles comptait l'association, le président lui a promis de regarder le dossier et l'a transmis à ses conseillers.

Sur le même sujet

Commentaires 3

Baba

J'ai suivi de près ce dossier terrible qu'est le suicide en agriculture quand j'étais élu MSA.Aujourd'hui, avec le recul, je peux dire que les assitantes sociales de la MSA font ce qu'elles peuvent, mais sont complétement décalées puisqu'elles ne sont pas sur le terrain.
Il est très difficile de prévenir le suicide. Cependant les points suivants y concourent énormément:
1- La déconsidération sociale de l'homme (agribashing) et de son travail. En cause des ONG
relayées de manière éhontée par des médias sans scrupules.
2- L'endettement souvent très important (mais pas toujours sans solutions).
3- L'isolement progressif qui le met au ban de la société. Il se sent en "ECHEC" total.Sa vie et son travail n'ont plus de sens.
4- Une séparation ou un divorce n'en sont pas toujours la cause mais la conséquence.

mm

il faut regarder chez les retraités aussi

Panurge79

Il serait bien qu'une étude sérieuse des causes réelles soient objectivement analysée pour tenter de résoudre en partie ce problème grave, avant que les députés ne s'emparent du sujet. On ne peut pas se contenter d'une analyse partisane contre l'agriculture conventionnelle ou intensive, qui se sert du suicide pour faire avancer ses idées, comme dans le film de Guillaume Canet. Et la MSA, qui a pourtant participé au financement du film, a-t-elle seulement des éléments plus sérieux ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier