anonymous

Les français boudent le lait standard

Adèle Magnard

Les français boudent le lait standard

Les laits frais, laits de chèvre, laits bio ou encore laits végétaux sont davantage plébiscités par les consommateurs que le lait standard demi-écrémé, analyse FranceAgriMer qui fait le bilan de l’évolution des achats des ménages en produits laitiers en 2018.

Le « phénomène de déconsommation » du lait conditionné se poursuit, indique FranceAgriMer dans un rapport publié le 1er août. Les volumes achetés par les ménages français sont en érosion constante depuis plusieurs années : avec 2,16 millions de tonnes de lait conditionné achetés en 2017, la baisse est de -3,6% par rapport à 2017 et de -13,9% par rapport à 2013. Les prix augmentent de façon inversement proportionnelle : le prix moyen du lait demi-écrémé (produit phare des rayons) était de 0,75 €/kg en 2013 et de 0,84 €/kg en 2018. 

Mais tous les laits ne sont pas boudés par les consommateurs : les volumes de laits frais et fermentés (+4,3% par rapport à 2017), labellisés Agriculture Biologique (+17%) et de lait de chèvre (+22,7%) sont en hausse. Les laits bio, notamment, affichent des taux de pénétration (nombre de ménages ayant acheté le produit au moins une fois dans l’année) en hausse de 15,8% sur un an, ce qui fait croître le nombre d’acheteurs. Le prix moyen du lait bio était de 1,10 €/kg en 2018, stable par rapport à 2017. Au total, la valeur des ventes de laits conditionnés, tous types confondus, n’a perdu que 4,6% depuis 2013. 

Lait végétal 

Les consommateurs sont également de plus en plus nombreux à acheter des laits d’origine végétale. « Les quantités achetées par les ménages ont au minimum doublé entre 2015 et 2018 », fait savoir FranceAgriMer. Le taux de pénétration a lui aussi doublé ces quatre dernières années. Et le marché est juteux, puisque les sommes dépensées par les ménages en laits végétaux ont bondi de 74% depuis 2015. De sérieux concurrents aux produits laitiers animaux ? Pour le moment, la fréquence d'achat des laits végétaux et les quantités achetées à chaque achat restent largement inférieures aux produits laitiers. Mais le développement est rapide : en 2018, 23% des ménages achetaient des laits végétaux. « La marge de progression en termes de recrutement est telle que les achats de produits d’origine végétale pourraient continuer à progresser, faisant toujours plus de concurrence aux produits laitiers », analyse FranceAgriMer. 

Sur le même sujet

Commentaires 8

Al

Les consommateurs commencent à comprendre qu'il y a des produits mauvais pour la santé et pour l'environnement, du coup oui ils se tournent vers le bio qui est évidemment meilleur pour les deux.
Je comprends même pas que certains doutent encore de ça, et pour aller un peu plus loing même le bilan carbone du bio est meilleur car les éleveurs ne tournent pas à grand coup d'intrants et de soja d'Amérique.

Producteur de lait

Il va falloir s addapter a la societer et au climat . Mes je ne c est pas comment . Mes vu les media sa doit etre facile . Travailler 7 j7 pour lire cela ces domage . Triste avenir

COLZA 260

LES MEDIA DONNE DE FAUX INFORMATION AUX CONSOMMATEURS.AVANT ONT ECOUTE LES VRAIS PROFESSIONNELLES MAINTENANT C EST DES ORATEURS DE TOUS GENRE VOILA NOTRE SOCIETEE ACTUELLE

digue3942

c'est encore les médias qui mènent la danse et le pauvre peuple français qui se fait avoir avec toutes les répercutions économiques et sur le revenu du travail du paysan qui n'existe toujours pas .

Panurge79

Evidemment que le matraquage publicitaire gratuit, à tout va, contre l'élevage, en particulier bovin, finit par marquer les esprits et le panier du consommateur, et ce sera la même chose pour la viande. Les consommateurs ont tout compris : ils ne seront plus jamais malades et la terre va arrêter de se réchauffer... Qui dit mieux ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires