anonymous

Net redressement de la côte de popularité des agriculteurs en 2019

. Chambres d'agriculture France

Net redressement de la côte de popularité des agriculteurs en 2019

Au courant du mois de février dernier, l’IFOP1 institut de sondage bien connu, a publié son baromètre annuel de l’image des agriculteurs. L‘édition 2019 du baromètre montre que loin des affres de l’agribashing, la popularité des agriculteurs dans la société française est au beau fixe.

Depuis 1999, chaque année, au moment où s’ouvre le Salon International de l’Agriculture à Paris, l’IFOP publie un baromètre de l’image des agriculteurs. Il s’agit d’un sondage où un échantillon de Français·e·s  sont interrogé·e·s sur leur représentation des agriculteurs. L’intérêt de cette opération est de soumettre à un échantillon de personnes, les mêmes questions d’année en année ; on peut donc suivre, sans rupture, l’évolution de l’image des agriculteurs dans la société française, sur long terme.

Rebond de la popularité des agriculteurs en 2019

Le sondage de l’IFOP fait apparaître que les Français·e·s ont une image positive des agriculteurs en 2019. Pour chaque item du sondage, les réponses de l’échantillon sont majoritairement favorables aux agriculteurs. Le monde agricole est très inquiet des effets d’un agribashing qu’il perçoit dans les médias ; le sondage de l’IFOP peut rassurer les agriculteurs sur ce point : leur popularité est au beau fixe (voir tableau 1). Et même sur les questions environnementales, les Français·e·s font confiance aux agriculteurs pour avoir des pratiques respectueuses de l’environnement. 

Cependant, rien n’est jamais acquis. Entre 2012-2013 et 2016-2017, l’image des agriculteurs s’était très nettement dégradée. La succession de scandales sanitaires (lasagne pure bœuf à la viande de cheval en 2013, lait infantile contaminé aux salmonelles en 2017 et du fipronil dans les œufs en 2017,…), des manifestations agricoles violentes (dégradation de la Chambre d’agriculture du Finistère, mise à sac du stand du Ministère de l’agriculture en 2016 ) et aussi des discours alarmistes des agriculteurs à la suite des baisses de revenu considérables dans les secteurs des grandes cultures et de l’élevage bovin avaient noirci l’image de la profession. Depuis le tournant des années 2016-2017, l’actualité agricole s’est adoucie, et l’image des agriculteurs s’est améliorée. Pourtant à bien y regarder, les controverses et les faits clivants ne manquent pas depuis deux ans (montée en puissance du mouvement vegan, débats vifs sur l’utilisation du glyphosate) mais il semble que cela n’ait pas eu d’effet négatif sur l’image des agriculteurs dans la société française ; ce qui invite la profession agricole (et ses communicants) à s’interroger sur les évènements de l’actualité agricole  et les attitudes des agriculteurs qui marquent le plus le grand public.

Question de genre

En 2019, les organisateurs du SIA ont suivi les consignes de l’écriture inclusive puisque les affiches du salon annonçaient : « Agriculture : des hommes et des femmes de talent » ; dans cet article, nous nous sommes efforcés de faire de même. Pour sa part, l’IFOP en est resté aux formulations traditionnelles et parle du baromètre d’image des agriculteurs, et non des agriculteurs et des agricultrices (nous avons conservé ce masculin dans le texte quand il s‘agissait de citer les résultats du sondage). Or en termes d’images des agriculteurs la question du genre se pose. En effet, dans le sondage de l’IFOP, il apparaît que les agriculteurs ont une image sensiblement plus favorable chez les femmes que chez les hommes. Cette différence est importante sur les questions qui renvoient à de valeurs morales : les agriculteurs sont-ils assistés  ? Égoïstes ? Violents ?).

Représentation

Le sondage de l’Ifop tente d’identifier, et même de quantifier, l’image que les citoyens et les citoyennes de la société française se font des agriculteurs. Cette image  ne s’alimente pas d’une connaissance de la réalité agricole mais de sa représentation. Or une représentation, c’est solide, ça relève de l’organisation symbolique du monde partagé inconsciemment par les membres d’une même société. Quand on demande à une personne : « Les consommateurs peuvent-ils avoir confiance dans les agriculteurs ? », elle va sans doute répondre « oui » (avec une probabilité de 74% si on en croit le sondage de l’IFOP) non pas parce qu’elle connaît la réalité agricole, non pas parce qu’elle a pu observer un jour dans sa vie, une exploitation agricole réelle et voir à quelle point c’est une activité de haute technicité où le contrôle du risque sanitaire est constant, mais parce que pour comprendre le monde, cette personne a besoin d’imaginer que les agriculteurs sont des gens de confiance. À charge pour les agriculteurs de ne pas décevoir cette attente, que ce soit par leurs pratiques, certes, mais plus certainement, par leur discours et leurs communications.

apca3

Article extrait de la LETTRE ECONOMIQUE n° 391 - Mars 2019 - Contact : Didier CARAES - APCA

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 2

duracuire

encore un sondage qui n'est pas réaliste ....notre popularité est mauvaise ...les citoyens de france sont sondés avec un questionnaire qui arrange bien certains pour donner une belle image , il n'y a pas si longtemps un un agriculteur c'est fiat tabasser .....et nous sommes trés souvent harcelés verbalement ou par des gestes injurieux .....

digue3942

la cote de popularité du paysan se redresse ,parce qu'il n'est pas ou plus à l'origine du renchérissement de la nourriture......

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier