anonymous

"Refonder" nos systèmes agricoles à l’aune du coronavirus: la lettre ouverte de la Confédération paysanne

Adèle Magnard

"Refonder" nos systèmes agricoles à l’aune du coronavirus: la lettre ouverte de la Confédération paysanne

Dans une lettre ouverte publiée le 20 mars, la Confédération paysanne appelle les citoyens à soutenir durablement les agriculteurs, au-delà de la crise du coronavirus. Le syndicat invite également les décideurs politiques à « refonder » et à « relocaliser » les systèmes agricoles et alimentaires.

« On voit actuellement qu'il est possible d'avoir des actes politiques forts face à des enjeux planétaires, ici une menace sanitaire. Cela nous prouve que nous pouvons agir pour changer notre système économique et améliorer notre mode de vie vers plus de justice sociale et climatique. » Dans une lettre ouverte publiée le 20 mars, la Confédération paysanne appelle les décideurs politiques à repenser le système agricole et alimentaire français, dans un contexte de crise sanitaire d’épidémie de coronavirus qui replace la sécurité alimentaire au centre des préoccupations.

« Il faut trouver des solutions concrètes, innovantes et durables pour tou.te.s les paysan.ne.s, touché.e.s, parce qu’ils.elles dépendent du système mondialisé, de contrats avec la restauration hors domicile, de marchés de plein vent dont l’ouverture est incertaine », écrit le syndicat. Parmi les mesures « urgentes pour garantir un revenu digne » aux producteurs, la Confédération paysanne propose de « réguler les marchés », « rééquilibrer la chaîne de valeur » et « stopper la concurrence effrénée ».

Pas question pour autant d’aller vers l’autarcie ou le repli sur soi, poursuit le syndicat, « mais bien de remettre au cœur des politiques publiques la question de l'autonomie », en oeuvrant pour « une agriculture créatrice d'emplois de qualité, rémunératrice, productrice d'une alimentation diversifiée, résiliente aux chocs, respectueuse de l'environnement et du vivant, relocalisée et ancrée dans son territoire ».

"Compter sur le savoir-faire paysan"

Dans sa lettre ouverte, la Confédération paysanne énumère les actes de non-sens qui, selon elle, plombent notre agriculture actuelle : « considérer la terre, le vivant et la main d'œuvre comme des marchandises comme les autres » ; « breveter le vivant et déléguer la production de semences à des firmes multinationales » ; « construire des filières internationalisées dont le moindre choc économique, sanitaire, climatique engendre une volatilité catastrophique des marchés » ou encore « baser notre modèle alimentaire sur la consommation d'énergies fossiles ».

« Il est illusoire de croire à une maîtrise totale des sociétés humaines sur la nature par une artificialisation et technologisation croissante de nos modes de vie. Nous avons besoins de pouvoir compter sur les savoir-faire paysans et leur connaissance de la complexité des écosystèmes », poursuit le syndicat.

Dans ce contexte de crise, la Confédération paysanne appelle les citoyens à « se rendre compte de la valeur du travail paysan et de l'importance de l'autonomie paysanne pour la résilience de nos systèmes alimentaires ». Le syndicat espère aussi que ce soutien, s’il semble être quasi unanime dans un pays actuellement paralysé, soit « durable » une fois la crise passée.

Sur le même sujet

Commentaires 36

l'utopiste

Bonjour Badlnpn ,
Heureux de vous relire......,mais pas de grande évolution constatée....,toujours aussi négatif .. :" dédain ,empathie ,prédicateur , propagandiste ,disciple ,...
Tout cela est bien loin de la réalité :je suis et m'affiche toujours paysan ,utopiste pour certains...( c'était hier ! ).
Oui, certaines de nos productions se retrouvent aux quatre coins du pays ,mais après avoir, et en premier, servi largement notre petit territoire ; "aquos aîtal ".
Restez bien confiné et profitez en pour approfondir votre réflexion ,
car cela vous sera certainement trés profitable .

l'utopiste

Bonjour badlnpn ,
Je suis heureux de vous relire,....mais ,hélas,vous ne me paraissez pas avoir beaucoup évolué.
Tout d'abord,je ne "prêche" ( prédicateur ?) pas la facilité , mais,sans efforts, l'homme se sclérose tres vite ,physiquement et psychologiquement.
Nous vendons certaines de nos productions aux quatre coins de France ,mais aussi et d'abord autour de nous , depuis bien longtemps ...
Que vous dire (vous prêcher ??) d'autre ?J'attends toujours votre visite pour mieux se connaitre et se comprendre .Rien ne remplacera jamais une vraie rencontre "in vivo" sur le terrain,( mais attendez la fin du confinement ) ..
P S -Je reçois tout le monde ,même les mal rasés.,

badlnpn

Autant je suis réceptif à faustONE qui défend ses idées, que l' on soit pour ou contre; autant qu' avec l' utopiste, on ne sait pas si c' est de l' empathie ou du dédain, à moitié sage et moitié prédicateur propagandiste. Et vendre aux quatre coins de la France, quésaco? quand on est logiquement disciple de la proximité, et oui la crise sanitaire actuelle sera pénible pour beaucoup.

viande

@agrif je vois que vous ne regardez que les nouveaux bio juridico économiques, qui font dubio comme du conventionnel; avec l'utopiste vous faite partie de 2 mondes bien différents, mais l'utopiste a raison sur le bio et l'homme en général.

l'utopiste

Agrif ,j'espère que la crise sanitaire actuelle ne vous sera pas trop pénible à passer et qu'elle vous rappellera que doivent être les valeurs fondamentales dans la vie d'un homme .
N'oubliez jamais que l'on récolte toujours , tôt ou tard , ce que l'on a semé.
Nos productions ne sont pas réservées à des niches ( celles ci sont uniquement pour nos chiens !) Elles sont vendues au quatre coins de France et accessibles à tout un chacun .
Passer sa ferme ( ou exploitation ) en bio,ce n'est pas seulement changer de fertilisants ou de traitements ,c'est un retour maximal vers une vraie Agri-Culture....et qui dit Culture avance en premier la notion de Respect.......,tellement absent aujourd'hui !
A plus ....,,de vive voix.... ? ? ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires