anonymous

Terrasolis investit 40 millions d'euros dans la décarbonation

Raphaël Lecocq

Marc Le Mercier, président du groupe Liger BioConcpet et Maximin Charpentier, président de l’association Terrasolis et des Chambres d’agriculture du Grand Est
Marc Le Mercier, président du groupe Liger BioConcpet et Maximin Charpentier, président de l’association Terrasolis et des Chambres d’agriculture du Grand Est

Le pôle d’innovation du Grand Est crée un Centre d’excellence dans les énergies renouvelables (CEER) destiné à explorer des technologies permettant notamment de renforcer l’efficience de la méthanisation. Autre objectif : caractériser le bilan énergétique des exploitations et valoriser leur compensation carbone.

Karrgreen

C’est sous cette marque que Liger BioConcept construit un réseau de stations de carburant BioGNV (Gaz naturel véhicule) produit à partir de biogaz. Un moteur au BioGNV abaisse les rejets de C02 de 75% par rapport à l’essence et de 99% par rapport au gazole. Il génère par ailleurs 95% de particules fines en moins et 50% d’oxyde d’azote en moins par rapport à la norme moteur Euro VI. La pollution sonore est quant à elle réduite de 50%.

« L’énergie est un dénominateur commun à de nombreuses problématiques agricoles », déclare en préambule Maximin Charpentier, président de l’association Terrasolis ainsi que des Chambres d’agriculture du Grand Est. « Prenez l’azote minéral. L’énergie nécessaire à sa production représente à elle seule 60% des émissions totales des gaz à effet de serre de l’agriculture. Dons il faut que l’on progresse dans la valorisation des digestats issus de la méthanisation ». Dans ce domaine, le progrès passe par l’amélioration des techniques de séparation de phase de digestat, qui doivent aboutir à la production d’azote organique mais aussi de phosphore et de potasse plus facilement assimilables par les cultures. C’est l’un des trois objectifs assignés au Centre d’excellence dans les énergies renouvelables (CEER) dont Terrasolis vient d’annoncer la création.

Le deuxième volet du CEER a trait à la méthanation, c’est à dire l’extraction du méthane. « Aujourd’hui, on n’extrait que les deux tiers du potentiel de méthane », poursuit Maximin Charpentier. « Nous avons des marges pour aller au-delà. Le Centre d’excellence sera par ailleurs un support pour travailler sur le sujet de l’hydrogène ».

Terrasolis investit 40 millions d'euros dans la décarbonation

Quantifier et valoriser la compensation le carbone

Pour l’accompagner dans ces projets, Terrasolis a signé au Salon de l’agriculture un partenariat avec Liger BioConcept, une entreprise bretonne spécialisée dans la production et la valorisation d’énergies renouvelables. Elle est notamment détentrice de la marque Karrgreen, qui construit un réseau de stations au BioGNV (voir encadré).

Une troisième mission assignée au Centre d’excellence va consister à caractériser le bilan carbone des exploitations et des systèmes d’exploitation. « C’est une obligation que de se doter d’indicateurs de performance dans ce domaine », argumente Maximin Charpentier. « Cette caractérisation nous ouvre la voie à la compensation carbone dans le cadre de la stratégie nationale bas carbone ».

Terrasolis va mobiliser 40 millions € dans les 5 à venir sur le Centre d’excellence dans les énergies renouvelables. Basée à Châlons-en-Champagne (Marne), l’association Terrasolis a créé en 2014 un pôle d’innovation dédié à l’agriculture du futur, aux énergies vertes et à la bioéconomie, sur l’ex-base aérienne 112. Elle se positionne sur la recherche appliquée, en aval de la recherche fondamentale et en amont des exploitations, auxquelles elle transfère les acquis. Elle héberge sur son site la Ferme 112, une exploitation agricole orientée sur la misé en œuvre de systèmes culturaux innovants ».

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires