anonymous

Une bourse pour réaliser son projet agricole à l’étranger

Adèle Magnard

Une bourse pour réaliser son projet agricole à l’étranger
Lauréats et bénévoles de l’association Nuffield France (conférence annuelle, APCA, novembre 2018)

Rencontrer des agriculteurs du monde entier et approfondir un sujet d’étude : chaque année, la bourse Nuffield offre à des lauréats du monde agricole la possibilité de réaliser un projet qui leur tient à cœur. Les candidatures sont ouvertes du 15 juin au 15 octobre.

En France, cette bourse existe depuis 1982. Chaque année, trois candidat(e)s reçoivent une dotation d’environ 12 000 euros leur permettant de parcourir le monde pour approfondir le sujet de leur choix. Ce soutien financier leur permet de visiter des exploitations dans différents pays et de rencontrer des agriculteurs et des experts dans le monde entier. 

Ce réseau mondial a été créé en 1947 au Royaume-Uni. Son but est de promouvoir l’ouverture d’esprit chez les actifs du monde agricole. À l’instar du programme Erasmus, « l’idée est d’aller voir ce qui se fait ailleurs pour ramener des idées ici », explique Yolène Pagès, présidente de l’association Nuffield France et elle-même lauréate en 2017. 

Les candidatures sont ouvertes aux professionnels agricoles de moins de 40 ans, qu’ils soient agriculteurs ou impliqués dans la production agricole. « Pour participer, il faut s’engager à approfondir un sujet d’étude, qui sera présenté à la fin de l’expérience », précise Yolène. 

Les candidats doivent s’engager à partir au moins 10 semaines à l’étranger dans les deux années suivant l’attribution de la bourse. « Il faut donc être capable d’adapter son travail sur son exploitation ou à son poste afin de concilier et mener à bien son parcours de boursier Nuffield », poursuit Yolène. Un bon niveau d’anglais est également requis. Pour le reste, la sélection tient compte de la motivation des candidats et de la qualité de leurs sujets.

Voyage et partage d'expérience

La diversité des profils des lauréats reflète celle du monde agricole. Le cru 2019 en est le bon exemple : il y a Yannick Laban, éleveur souhaitant étudier le croisement génétique des vaches rustiques ; Elsa Ménard, viticultrice en agriculture biologique qui se questionne sur la durabilité de ce système ; ou encore Chloé Pellerin, apicultrice s’intéressant aux élevages d’insectes comestibles. Grâce à leur bourse, tous les trois vont pouvoir approfondir leur sujet d’étude aux quatre coins du monde : États-Unis, Nouvelle-Zélande, Australie, Asie du Sud-Est, Amérique latine… « C’est une expérience unique qui apporte beaucoup de développement personnel », témoigne la présidente de l’association. 

Les candidatures pour 2020 sont ouvertes du 15 juin au 15 octobre 2019. Un jury sélectionnera les trois lauréats à l’automne. Ce jury est constitué d’un bénévole de l’association Nuffield France, d’un attaché auprès de l’ambassade d’Angleterre en France et de représentants des partenaires financiers de la bourse, notamment le Crédit Agricole, les Chambres d’Agriculture et la Confédération nationale de l’élevage. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires