anonymous

Zones non traitées : le gouvernement propose une distance minimale de 5 à 10 mètres

Pleinchamp avec l'AFP

Zones non traitées : le gouvernement propose une distance minimale de 5 à 10 mètres

Le gouvernement va proposer de fixer par décret à 5 ou 10 mètres, selon le type de culture, la distance minimale entre les habitations et les zones d'épandage de produits phytosanitaires.

"Le gouvernement va soumettre à consultation lundi [9 septembre] un projet de décret qui part des recommandations scientifiques de l'Agence nationale de sécurité sanitaire" (Anses), a indiqué le 7 septembre à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Agriculture, confirmant une information de BFM TV. Les distances proposées dans ce projet seront de 5 mètres pour les cultures dites basses (céréales par exemple) et de 10 mètres pour les cultures hautes (vignes, arbres fruitiers...). Les recommandations publiées fin juin par l'Anses évoquent notamment des distances de sécurité de 3, 5 et 10 mètres, selon le type de culture. La consultation durera 3 semaines.

"Le gouvernement tranchera en octobre-novembre", a complété le porte-parole. "Dans la loi Egalim, il y a des dispositions spécifiques pour la protection des riverains via la mise en place de chartes concertées avec les riverains, les agriculteurs", a rappelé de son côté Matignon. Ces règles concernant l'élaboration de chartes et de distances minimales à respecter pour l'épandage des pesticides "vont figurer dans des textes qui entreront en application au 1er janvier 2020", a ajouté Matignon.    

Sur le même sujet

Commentaires 42

Pie 2013

Les Maires de plusieurs Villes prennent des arrêtés contre les "Pesticides"agricole, les Pesticides Humains sont aussi des Tueurs "Contraceptifs, Détergeants , Voitures,etc....

Sined

Merci Bruno 02

duracuire

je remercie tous les habitants qui jouxtent mes terres cultivées par leurs "propres" pollutions qu'ils déversent chaque jour quand ils font tourner lave linge ,lave vaisselle et pose leurs postérieurs sur les chiotes et tirent la chasse …..chez eux c'est nikel pas de rejet ….rien de rien , merci aux agriculteurs qui epandent les boues de nos chers con citoyens des grandes villes ….

toto

si ce décret passe il faut revoir les taxes foncières; les fermages et donner une moins valus lors d'achats de fonciers car personne n'en parle de tous ces problèmes ?
on nous prends encore pour des cons encore du travail pour rien ,qui paiera l'entretien pour garder ces espaces viables les communes ,les voisins.il faudra se mettre autour de la table?, Et expliquer que le bio 'n,ai pas transposable a toutes les exploitations? ,bien sur que les inter-cultures avec une biomasse avec différents couverts évite le fameux glyphosate de toute façons on n'aura pas le choix.
pour une fois je voudrais bien q'un journaliste intelligent fait vraiment un débat sans politiques et représentant syndical et ne pas laisser croire a nos con-citoyens que dame nature pourra nous faire vivre simplement aux beaux yeux de la population trop égoiste en ne pensant qu'a son petit confort personnel.
beaucoups d'agris ont tous une conscience de leurs métiers avec passion mais pour combiens de temps avec ses attaques quotidiennes et ces médias qui envenimes et gangrennes nos communes.
en ce moment cause sécheresse il y a beaucoup de dégats de sangliers , meme chose donnons l'envie aux jeunes de venir chasser car pareil la chasse devient un loisir en voix d'extinction.

bioman 76

profitez en de passer ces 150 m en BIO , faites que vous en avez dans le pantalon , anticiper

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires