anonymous

Le soja français vise l’autonomie en non OGM d’ici à 2025

Raphaël Lecocq

Le soja français vise l’autonomie en non OGM d’ici à 2025

La filière escompte une production de 650.000 t de graines d’ici à 2025 contre 400.000 t en 2018. Elle serait de nature à satisfaire les besoins nationaux en tourteaux de soja non OGM avec comme gage, la charte Soja de France.

+ 2,2 %

C’est la hausse de production attendue pour la récolte de soja en 2019, selon les estimations du ministère de l’Agriculture. Elle est le résultat d’une hausse des surfaces (+6%) et d’une baisse des rendements, attendus à 25,1 q/ha, contre 26 q/ha en 2018. Les surfaces sont en progression pour la septième année consécutive.

Terres Univia, l’interprofession des huiles et protéines françaises, entend conforter la dynamique que connait depuis quelques années la production nationale de graines de soja. Entre 2013 et 2018, les surfaces sont passées de 42.000 ha à 154.000 ha. L’interprofession s’est fixée pour objectif d’atteindre les 250.000 ha en 2025, équivalant à une production de 650.000 t de graines. Cette surface permettrait à la France d’assurer son autonomie en tourteaux de soja non OGM, lesquels ont été importés à hauteur de 500.000 t en 2018.

Une culture récente en France

Le soja (ou soya, pois chinois, haricot oléagineux) est une légumineuse originaire de Chine, utilisée comme aliment en Asie depuis 5.000 ans. Dans les années 1920, les américains l’adoptent comme source de protéines végétales pour les élevages de monogastriques (porc, volaille) et s’imposent rapidement comme le premier producteur mondial. En 1973, ils tentent d’imposer un embargo à l’Europe sur les tourteaux de soja. Des agriculteurs innovants se lancent alors dans la culture du soja, notamment dans le Sud-Ouest, principalement sous irrigation, dans la vallée du Rhône ainsi qu’en Alsace en sec. Un développement rapide mais freiné par un manque de soutien des pouvoirs publics français et européens et une exposition très forte à la concurrence internationale. Avec une demande croissante en soja non OGM, tracé et local, le soja made in France présente aujourd’hui de nombreux atouts, tant pour l’alimentation animale que pour l’alimentation humaine, qui assure le tiers des débouchés.

Charte soja de France

Riche en protéines (35%) et en matières grasses (18%), dont certains acides gras essentiels, le soja est une culture au profil agroécologique favorable, peu exigeant en eau et en pesticides, ainsi qu’en azote, la légumineuse étant apte à capter l’azote de l’air. Pour accompagner le développement de l’espèce, la filière a institué en 2018 la charte Soja de France, destinée à faire valoir, auprès des transformateurs, des éleveurs et des consommateurs, les bienfaits du soja « made » in France. La charte est assortie de garanties concernant le caractère non OGM, l’origine France (localisation sur le territoire français de la production de la graine de soja, de sa collecte et de la fabrication de ses produits de 1ère transformation), la traçabilité et la durabilité (respect des bonnes pratiques techniques, sanitaires, environnementales et sociales à toutes les étapes de la filière). L’objectif est de certifier 50% de la production nationale à l’horizon 2025, contre 20% en 2018.

Sur le même sujet

Commentaires 3

Coeur

Comment dire, si vous pensez que ça ne rapporte pas, faîtes autre chose...
Les cours sont devenus mondiaux, les anciens, fallait mieux voter ou vous manifester, combien ont rigolé quand des gens luttaient contre la mondialisation dans les années 80.

Bouillon

Bonjour
C'est du baratin tout ça , je n'y crois pas une seconde car les traités de libre échange ( TAFTA , CETA , MERCOSUR ) vont être signés, et ce seront des importations encore plus importantes de soja OGM qui aligneront les prix vers le bas et le soja français labelisé non OGM sera payé au cour mondial comme tout le reste d'ailleurs ( sauf nos charges bien sur , qui elles : sont bien françaises ) et la bande à Mr Macron dira que cette une chance pour l'agriculture française : foutaise !!!

digue3942

et toujours au prix mondial avec les charges françaises .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier