Bien-être des agriculteurs : et si on en parlait ?

Partie 4/6

Mieux gérer son temps

Comment optimiser son temps de travail ? Deux exemples d’outils pour mieux gérer son temps de travail avec Aptimiz et Linkinfarm.

Les faits sont incontestables : les agriculteurs travaillent plus que l’ensemble des personnes en emploi en 2019 avec 55 heures hebdomadaires de travail contre 37 heures pour les autres travailleurs. De plus, compte tenu du nombre réduit de congés, ils travaillent en réalité 65% de plus que l’ensemble des personnes en emploi. Enfin, la majorité des agriculteurs exploitants travaillent le week-end, et une part non-négligeable de la nuit selon les travaux.

Aptimiz, pour mesurer son temps de travail

Interview de Simon Denonnain, co-fondateur d’Aptimiz, une entreprise qui a conçu un logiciel du même nom pour mesurer la répartition de son temps de travail et analyser son organisation sans réaliser aucune saisie.

Quel est l’objectif d’Aptimiz ?

Pour avoir un regard factuel sur leur temps de travail et pouvoir en améliorer la rentabilité, les agriculteurs ont besoin d’un outil qui ne leur fait pas perdre de temps. Aptimiz a été créé dans cet objectif. Cette solution vise d’abord à mesurer et à optimiser le temps de travail des agriculteurs, et plusieurs autres objectifs peuvent en découler : réduire sa charge de travail, améliorer ses revenus sous l’angle de la rentabilité horaire, aiguiller des itinéraires techniques et voir l’impact d’une modification du système de production sur le quotidien, etc. La répartition du temps et les activités réalisées sur les ateliers sont analysées. Le conseil et l’interprétation fait de ces résultats constituent une étape importante pour atteindre les objectifs de l’agriculteur.

Comment ça marche ?

Nous venons une première fois chez l’exploitant tracer les parcelles et toutes les zones où il passe du temps, bâtiments compris. Le temps passé est mesuré sur les différentes zones ainsi que les temps de trajets. Cela permet de dresser un diagnostic global pour toutes les activités.

L’agriculteur est autonome à partir de l’installation car l’application s’exécute en tache de fond sur le téléphone portable. Il continue à utiliser en même temps le téléphone pour son utilisation habituelle, sans avoir besoin de couper l’application le soir ou le week-end. Elle fonctionne hors ligne et n’a donc pas besoin de réseau pour relever et calculer les temps.

L’agriculteur obtient des indicateurs de temps consacré par hectare ou pour produire 1 000 L de lait par exemple. Cela permet de faire des comparaisons, de créer des références et ainsi d’aiguiller les agriculteurs en leur permettant de se comparer.

Une à deux fois par an, nous ou nos partenaires pour le conseil nous réunissions avec les agriculteurs pour revenir sur ces résultats et les conseiller sur la gestion de leur temps et la stratégie.

Quels résultats obtenez-vous ?

Nous avons tous les cas de figure : aussi bien des retours difficiles mais en lien avec la réalité, que de bonnes surprises évitant ainsi à l’agriculteur de trop s’enfoncer. Les agriculteurs sont informés des risques et satisfaits de pouvoir au moins anticiper. Pour les objectifs purement techniques, les résultats fournis par Aptimiz constituent un bon outil d’aide à la décision et apportent un argument concret à l’organisation de la gestion d’un atelier.

Linkinfarm, pour déléguer son travail

Une autre solution pour réduire son temps de travail consiste simplement à le déléguer. Afin d’en apprendre davantage, nous avons contacté Philippe Fournier, président et cofondateur de Linkinfarm.

Qu’est-ce que Linkinfarm ?

Il s’agit d’un service de conduite complète de cultures. Nous intervenons typiquement lors de la transmission d’exploitations, auprès de l’agriculteur cédant ou du jeune repreneur. En confiant au chef de cultures Linkinfarm la planification et la coordination de tous les travaux du semis à la récolte, le premier peut ainsi se laisser le temps de trouver le repreneur de son choix et le second a plus de temps pour gagner en expérience et en maîtrise sur l’exploitation qu’il reprend.

Mais on retrouve aussi tout agriculteur cherchant à diversifier son assolement ou à introduire des cultures plus complexes et plus rémunératrices tout en limitant et maîtrisant leurs investissements ainsi que les agriculteurs ayant envie de simplement se dégager du temps ou de pérenniser leur exploitation. Cas heureusement plus rare, Linkinfarm peut intervenir après un accident de travail pour soutenir l’exploitation lors d’une période difficile.

Nous nous appuyons sur le travail conjoint de nos chefs de cultures et d’un réseau de 900 prestataires de travaux agricoles répartis sur l’ensemble du territoire. Il s’agit ensuite de suivre et de coordonner l’ensemble des travaux ainsi que les parties administratives et réglementaires des terres que nous avons en gérance.

De quel constat est née cette idée ?

Le manque de main d’œuvre dans les exploitations agricoles, l’augmentation constante du prix des machines, le besoin grandissant de flexibilité dans les itinéraires techniques, l'introduction de nouvelles cultures sont autant de raisons qui encouragent les agriculteurs à déléguer une proportion grandissante de leurs travaux agricoles.

Aujourd’hui, la moitié des agriculteurs ont plus de 55 ans. La question et la charge de la transmission sont de plus en plus pesantes. Linkinfarm vient ainsi soulager cette étape parfois difficile. De plus, dès qu’un agriculteur est suréquipé, son coût de mécanisation ramené à l’hectare est souvent égal ou supérieur à ce qu’il serait s’il faisait faire le travail.

Comment ça marche ? Quels sont les avantages ?

Tous les travaux, tous les coûts et tous les tours de plaine sont à la fois documentés et gérés à travers un logiciel sur mesure développé par Linkinfarm. Le chef de culture y rentre l’ensemble des travaux à réaliser par les entrepreneurs. Ces derniers peuvent ainsi actualiser en direct les travaux réalisés et l’agriculteur peut suivre l’avancée des travaux et l’état de ses cultures via l’interface web où il retrouvera les autres informations reliées au planning, budget, photos des interventions…

Comme les travaux sont délégués, il n’y pas de mauvaises surprises. On minimise les risques en évaluant différents scénarios. L’augmentation des charges ou du coût des intrants ou du rendement sont scénarisés dans le budget. Ce dernier est ainsi totalement prévisible. Linkinfarm est payé au prorata de la surface. Et l’agriculteur reste maître de ses choix culturaux !

Se former

Diminuer son temps de travail, c’est aussi mieux s’organiser. En plus des outils mis à disposition pour évaluer son temps de travail, il ne faut pas oublier la formation, outil majeur pour gagner en efficacité.

C’est que propose par exemple la chambre d’agriculture de Bretagne. Elle a mis en place un cycle de formations pour clarifier les problèmes liés à l'organisation du travail, fixer des objectifs d'amélioration et identifier les principales pertes de temps et les différentes solutions possibles (Chambre d’Agriculture de Bretagne, 2022).

Elle apprend à exposer les problématiques aux conseillers et animateurs du réseau, à recourir à un autodiagnostic, à travailler seul ou en groupe et organise des visites entre exploitations.

 

>> Partie 5 : Affronter le regard des autres

 

Retour au sommaire