[Contenu partenaire] Grâce à e-Gro, la plate-forme logicielle développée par Grodan, les serres de tomate séduisent les techniciens du futur

LEMA, entreprise néerlandaise spécialiste de la tomate cocktail, utilise depuis deux ans la plateforme logicielle e-Gro développée par Grodan. Au-delà de l’opportunité d’exploiter au mieux toutes les données enregistrées dans la serre, cette base de données digitale est aussi un moyen d’accroître l’attractivité du métier de serriste. LEMA a ainsi recruté un jeune universitaire compétant et motivé.

Aux Pays-Bas, si vous citez le nom de LEMA, une entreprise du groupe Prominent située à Naaldwijk, nombreux sont ceux qui pensent immédiatement à la tomate cocktail de Rob van Marrewijk et Ruud Leerdam (variété Brioso). Depuis le début de 2019, ces producteurs spécialisés utilisent e-Gro, la plateforme logicielle de Grodan qui permet de conduire sa culture à partir des données enregistrées en production. Pour cela, ils ont créé un poste qu’ils ont confié à Kenny van Dijk, un jeune technicien passionné par sa nouvelle mission.

De véritables fonceurs !

lema2

Rob van Marrewijk et Ruud Leerdam ont toujours été des producteurs de tomate à la pointe de l’innovation. De vrais fonceurs ! Ils se sont associés en 2006 pour justement s’adapter au développement des nouvelles technologies qui, pour des raisons d’économie d’échelle, impliquaient de faire évoluer la taille de leurs exploitations. Rob qui produisait sur 14 000 m2 de serre a contacté Ruud qui, lui, travaillait avec 12 000 m2. Tous deux étaient déjà spécialistes de la tomate cocktail et faisaient partie du groupe Prominent. Leur rapprochement a rapidement donné naissance à l’entreprise LEMA. « Aujourd’hui Ruud s’occupe de la main d’œuvre et de la consommation énergétique, moi je me concentre sur la gestion des cultures », précise Rob. « Nous ne cherchons pas à être des précurseurs, mais nous tenons à adopter très rapidement les dernières innovations ».

Ainsi, LEMA s’est de toute évidence très vite intéressée à e-Gro, la plate-forme logicielle qui compile toutes les données enregistrées dans la serre afin que les producteurs aient en temps réel une vision précise de l’état de leur culture et puissent rapidement prendre les meilleures décisions. LEMA utilise ce programme développé par Grodan depuis deux ans.  « Les datas sont l’avenir et nous voulons nous investir dans ce projet », déclare Rob. « LEMA utilise e-Gro depuis novembre 2019 et nous avons même créé un poste spécialement pour cela. Nous avons confié ce poste à Kenny, un jeune technicien qui a démarré dans l’entreprise à l’âge de 13 ans dans le cadre d’un job d’été. Aujourd’hui il a 29 ans et s’épanouit pleinement dans notre entreprise.

Tout visualiser en un seul coup d’œil

« Avoir la possibilité, pour un débutant comme moi, de gérer l’ensemble des données de production d’une entreprise telle que LEMA est particulièrement intéressant », annonce fièrement Kenny. « Mon premier étonnement est quand j’ai réalisé que je pouvais mesurer la teneur en eau du substrat avec GroSens et qu’en reliant l’ordinateur à e-Gro, je pouvais tout visualiser en un seul coup d’œil. Le système affiche également en temps réel toutes nos données sur le climat, la culture et la récolte. »

lema3

« Le nouveau module de prévision de récolte d’e-Gro est particulièrement performant », ajoute Kenny. « Nous l’utilisons pour enregistrer le maximum de données propres à l’entreprise. Plus il y a de données, meilleure est la fiabilité des prévisions. Nous saisissons tous les kilos récoltés, y compris pour les déchets. Avec e-Gro, nous enregistrons également dans le module de prévision de récolte tout ce qui concerne les plantes : la longueur des feuilles, la croissance… »

Un message d’alerte…

« A partir de toutes ces informations, e-Gro établit nos prévisions de récolte », précise Rob. « Ainsi, nous pouvons anticiper ce que nous avons à faire au cours des 2 ou 3 semaines à venir. Au-delà des prévisions de récolte, e-Gro permet également de calculer vos besoins en eau. Vous savez quand déclencher vos irrigations, et quelles doses exactes apporter à vos cultures. » A ce propos, Kenny reçoit un message d’alerte : « faites attention à votre teneur en eau ». « C’est super utile », s’exclame-t-il.

Le secteur des productions sous serre est en pleine mutation et le métier de serriste change. « Ces évolutions ont des côtés positifs », souligne Rob. « Par le passé, toutes les entreprises avaient une dimension familiale. Aujourd’hui, le nombre d’entreprises diminue et parallèlement le producteur n’est plus celui qui doit tout gérer tout seul, à la fois la culture, la vente, et tout le travail administratif qui en général occupe une bonne partie de ses soirées. Désormais, il est possible de se spécialiser pour devenir un maillon essentiel d’une grande entreprise. Cette nouvelle dimension de l’entreprise horticole rend également le secteur plus attractif pour les jeunes qui ont un bon niveau de formation. »

 

Des techniciens de formation universitaire

Kenny en est bel exemple. « Après des études universitaires en sciences économiques et sociales, il a pu s’adapter au secteur de l’horticulture alors que par le passé ce secteur n’attirait pas vraiment des universitaires. Aujourd’hui, les nouvelles technologies et les innovations telles que e-Gro motivent les spécialistes », précise Rob. « Grâce à un bon niveau d’expertise dans le numérique, et à condition de s’adapter et de partager la même vision que le reste de l’équipe, vous pouvez trouver votre place dans une entreprise horticole » témoigne Kenny.

Chez LEMA, on considère que l’engouement pour les nouvelles technologies est une formidable opportunité pour l’avenir de la filière. « Grâce à notre façon de travailler, nous espérons susciter des vocations et attirer de nombreux jeunes vers la production sous serre. Car c’est un beau métier ! Je ne suis pas de la même génération que Kenny, mais quand je vois les opportunités qu’offre e-Gro, je deviens aussi enthousiaste que lui », avoue Rob.

« C’est avant tout un travail d’équipe. L’ordinateur ne nous dit pas tout et j’ai besoin de toute l’expérience de Rob et Ruud », précise Kenny alors que Rob confirme : « oui, il faut continuer à observer les plantes » … « Ah bon, alors je n’aurai pas à regarder l’ordinateur pour savoir si le soleil brille à l’extérieur », ajoute Kenny avec humour. 

Les datas sont à la portée de tous

Plus sérieusement, à la question « quels conseils donneriez-vous à des collègues qui hésitent encore à franchir le pas d’une conduite à partir de la plate-forme logicielle e-Gro ? », Kenny répond :

« il faut essayer pendant un mois car tout le monde peut le faire. Il suffit d’enregistrer ses données et très vite vous vous rendrez compte s’il y a des avantages pour votre entreprise. Ce qui est sûr, c’est que l’ère de la production sans ordinateur est dépassée. Nous utilisons déjà tous un ordinateur climatique. Alors l’utilisation d’une base de données est une étape qui aujourd’hui n’est pas si difficile à atteindre. »

« Certes, certains producteurs ne veulent pas mutualiser leurs données car ils croient que ces dernières ont de la valeur », souligne Rob. « Mais ils doivent comprendre que ces données n’ont de la valeur que si elles sont regroupées pour permettre d’en tirer les bonnes informations. Individuellement, ils n’y arriveront pas ! »

Pour Kenny, cette expérience est très motivante : « j’ai hâte de parfaitement maîtriser ce mode de production basé sur l’enregistrement des données et je suis fier de participer avec LEMA au développement d’e-Gro. Le monde numérique gagne l’ensemble de la planète et en tant que producteurs nous ne devons pas laisser passer le train. »

 

Abonnez-vous à e-Gro
Demandez dès aujourd’hui une version d’essai gratuite : www.grodan.fr/e-Gro

« Le nouveau module de prévision de récolte d’e-Gro est particulièrement performant », souligne Kenny van Dijk jeune universitaire recruté par LEMA. « Nous l’utilisons pour enregistrer le maximum de données propres à l’entreprise. Plus il y a de données, meilleure est la fiabilité des prévisions. Nous saisissons tous les kilos récoltés, y compris les déchets. Avec e-Gro, nous enregistrons également dans le module de prévision de récolte tout ce qui concerne les plantes : la longueur des feuilles, la croissance… ».